22 oct. 2012

1997 Sheng Puerh, HK


Un puerh brut de 1997, rapporté de Hong Kong par Olivier. De bien belles petites feuilles foncées, fermes sans être raide ni cassantes, de différentes tailles et surtout qui dégagent une bonne odeur de vieux puerh. C'est vif et camphré (le baume du tigre, vous voyez ?), loin des registres évoquant les moisissures ou les champignons.


Double rinçage express, et premières infusions très courtes qui produisent une liqueur à la hauteur des feuilles sèches : c'est ciselé, net en bouche, bien présent car vif et énergique. Aucune sensation de "poudré" ou de "poussiéreux" sur la langue, les arômes sont plaisants, le rendu est rond et long, ça se boit tout seul.


Au fil des nombreuses infusions, ce puerh perd un peu de son mordant pour s'engager vers quelque chose de plus moelleux et de sucré, tout en conservant ses parfums "nostalgifiants". Les épices du début se fondent dans un ensemble beaucoup plus sage, sans être trop monotone non plus.


Les premières infusions réveillent le palais, délivrent une belle énergie, et les suivantes envahissent le corps d'une reposante quiétude, toujours tout en finesse.


Hong Kong ou pas Hong Kong, stockage humide ou pas, j'avoue que je ne suis pas assez spécialiste pour juger du stockage, tout ce que je sais c'est que j'ai pris plaisir à déguster ce puerh brut de 1997 ; je dois dire que ça faisait bien longtemps que je n'avais pas bu un aussi vieux thé !

6 commentaires:

Olivier a dit…

Photos toujours aussi magnifiques... félicitations!

stockage humide ou pas, j'avoue que je ne suis pas assez spécialiste pour juger du stockage,

C'est pas très compliqué non plus, si ton thé est de 97, soit 15 ans seulement, pas bien vieux, et qu'il s'apparente plus à un shu qu'à un sheng (couleur des feuilles, de la liqueur, moelleux des aromes, abscence d'amertume, etc...), mais que ce n'est pas un shu (cad qu'il n'a pas été fermenté à la production), tu peux être sur qu'il s'agit d'un stockage humide (cad une fermentation artificielle lente)...

Il me semble que tu as le 96 aussi... et bien la seule chose qui les différencie (outre une année de différence, ce qui ne change rien sur 15 ans) c'est le degré d'humidité du stockage, légèrement plus humide pour le 96... fais une dégustation en parallèle, c'est très formateur et tu vas tout de suite comprendre...

Bonne dégustations!

Sabine a dit…

Très pédagogue le commentaire. Merci pour ce blog que je dévore.

Tsubo Nicolas a dit…

Sinon, il me semble reconnaître un article de poterie japonaise particulier, non ?

Romuald Theaceae a dit…

J'ai aussi vu cette poterie japonaise, qui nous aguiche de ses beaux reliefs... Au plaisir de la découvrir dans son intégralité...

Sebastien M a dit…

"Sinon, il me semble reconnaître un article de poterie japonaise particulier, non ?"

Ah bon ? Je ne vois pas de quoi tu parles :)
(On peut l'apercevoir également ici)
Ravi d'avoir enfin pu mettre la main sur ce yunomide Deishi. Encore merci à Hidehisa de Magokorodo !

Tsubo Nicolas a dit…

:)

Ah oui, tiens, je ne comprends pas comment j'ai pu lire ce post et ne pas remarquer plus tôt ton acquisition ... il faut que je dorme un peu plus je crois ...