23 avr. 2016

Just a pic : organic sencha from Shimizu


Sencha biologique 2015 de Shimizu, cultivar Yabukita (Thés du Japon)






29 mars 2016

New Assam


Ce "New Assam" de Postcard Teas est le successeur du "Family Tea" pour mon thé rouge du matin. Au moment du petit déjeuner, il me faut un thé rouge simple, robuste, qui réveille, et qui peut se boire accompagné d'un peu de nourriture solide pour attaquer la journée.


Comme toujours chez Postcard, il s'agit d'un thé issu de petites plantations sans pesticides ni fertilisants, et en l'occurrence c'est un blend de batchs de trois petits producteurs indépendants de la région d'Assam, je vous laisse découvrir tout ça en images sur le site de la boutique.


Malgré sa structure assez tannique, ce thé rouge est assez doux et révèle des notes maltées, finement fruitées, le tout étant très clean et facile à boire. Ce New Assam est un peu plus cher que le Family Tea (en même temps c'est pas difficile), il est commercialisé ~40€/500g. Si un jour on m'avait dit que j'achèterais mes thés rouges par sachets de 500 grammes, je n'y aurais pas cru ^.^




28 mars 2016

Just a pic : matcha & kohiki


Je n'ai quasiment plus de sencha. Je ne sais pas comment je me suis débrouillé dans ma gestion de stock mais je suis à quelques dizaines de grammes de la fin de mon dernier sachet. Je pensais avoir de quoi tenir largement jusqu'aux nouvelles récoltes, mais il a fallu que je refasse une commande en urgence. En attendant, je me console avec un bon matcha, toujours le Kumoi-no-Shiro (雲井の白), et j'anticipe un peu l'été en sortant ce chawan kohiki de Kako Katsumi (加古勝己).




26 mars 2016

Just a pic : autumn Guafengzhai Maocha


Maocha de Guafengzhai, automne 2015 - Essence of Tea






5 mars 2016

Feng Yun 2011, Yunnan Sourcing


Puerh brut 2011 de chez Yunnan Sourcing,
ce Feng Yun est un blend fabriqué à partir de 
matériaux provenant de différentes zones du 
sud du Yunnan.


Les feuilles sèches sont effectivement très variées, 
en forme et en couleur ; leur parfum très franc, 
tirant un peu sur le fumé, est plutôt classique pour 
un puerh brut de quelques années : boisé et épicé.


Les liqueurs sont denses mais souples, la bouche n'est pas
super raffinée, on ne fait pas dans le subtil mais plutôt 
dans le bon gros puerh de tous les jours, mais relativement
équilibré, avec une amertume bien balancée et un minimum 
de complexité dans les arômes pour rendre la dégustation 
à la fois plaisante et intéressante.


La présence en bouche s'affine au fil des infusions, on gagne en 
limpidité et une sensation de fraîcheur s'installe durablement.
C'est vraiment pas mal du tout, on est sur un thé de 2011 qui 
est vendu aujourd'hui à ~34€ / 400g , le rapport qualité prix 
est donc plutôt intéressant. Bon, maintenant on ne sait pas trop
ce que l'on boit, ce puerh n'a pas vraiment de personnalité, 
et ça manque un peu de caractère, mais ça se boit vraiment tout seul.


30 janv. 2016

Sencha de Tenryû


Sencha biologique de Tenryû, Misakubo, cultivar Yabukita,
un futsumushi sencha 2015 de chez Thés-du-Japon.

Superbes feuilles, certaines ont une taille assez incroyable, 
le travail est très soigné, le parfum n'est pas en reste.
Du fruit dans le sachet, de la fraîcheur végétale au niveau des
feuilles sèches, de la torréfaction dans le kyusu chaud.


Ce thé ne ressemble pas exactement à l'idée que je me fais 
d'un sencha bio : il a bien ce côté un peu âpre, direct, 
sans fioriture des thés cultivés sans engrais/pesticides, 
mais il développe également beaucoup de souplesse, de douceur 
et une belle complexité. Je trouve ce thé un peu plus difficile à 
bien infuser qu'un sencha "classique". Légèrement sous-infusé il 
ne se passe pas grand chose, et légèrement sur-infusé, 
le couple astringence/amertume prend le dessus et déséquilibre le rendu.


Correctement infusé en revanche, c'est franchement bluffant,
pour moi c'est pas loin du sencha idéal, celui qu'on aimerait 
avoir en quantités suffisantes pour en boire à volonté tout 
au long de l'année, au risque de devenir blasé d'ailleurs.

Raison de plus pour apprécier ce Tenryû à sa juste valeur
et se délecter de chacune des tasses qu'il m'offrira.

Commercialisé ~26€/100g, le rapport qualité-prix est encore
une fois excellent : un sencha biologique de cette facture, 
à ce prix-là, j'en achète chaque année !

27 janv. 2016

Lapsang Souchong




Lapsang Souchong de chez PostcardTeas
fabriqué par Maître Xiang, qui utilise les techniques 
traditionnelles, les plants d'origine utilisés pour les LS, 
et qui est basé dans le beaceau historique des LS, 
un coin de montagne protégé par l'UNESCO qui, 
au vu des photos visibles sur le site de Postcard, 
est tout simplement et tout naturellement sublime.


Les feuilles de ce thé (cultivar Xiao Zhong), sont d'une
belle taille comparé aux différents LS que j'ai pu me procurer 
ici et là, mais il n'y aura pas de toute façon aucun point commun 
entre ce thé et ses homologues "de boutique".

Les LS sont "généralement" de mauvais thés rouges 
bombardés d'arômes de fumée. Les arômes de fumée sont
obtenus par condensation de la fumée issue de combustion 
de bois, le liquide obtenu est ensuite bricolé par divers procédés
chimiques pour être ensuite vendu à l'industrie agro-alimentaire.
Je n'ai pas d'information quant à la fabrication des LS "industriels" 
(car lorsqu'une grande enseigne de thé en vend plusieurs tonnes par an,
c'est du domaine de l'industrie), mais je parierai bien ma chemise sur 
le fait que ces thés sont parfumés avec des arômes qui sont 
dans le meilleur des cas naturels, et dans le pire des cas synthétiques.

C'est donc le même bidon d'arôme de fumée qui sert à parfumer 
les quiches surgelées, les chips barbecue et autres cochonneries, 
et à donner un goût prononcé de fumée aux LS industriels. Miam.


Revenons à ce LS artisanal, ici point de chimie, de solvants 
ni de distillations, on est bien en présence d'un thé rouge aux 
fines et longues feuilles habilement travaillées, qui ont
ensuite été fumées au-dessus d'un feu de pin.

Ayant bu beaucoup de LS industriel il y a quelques années, 
je suis bien à même de voir la différence flagrante entre ces 
deux types de thés. Celui de Maître Xiang développe un fumé 
plutôt frais et léger, qui amène une belle complexité au thé rouge
très perceptible là où les LS industriels imposent un fumé 
monolithique qui masque totalement les parfums du thé rouge.


Le rendu est étonnamment frais en bouche, souple, 
les notes de fumée sont élégantes et s'associent à un 
côté presque sucré pour développer un bouquet 
complexe et intéressant.


Bien évidemment ça reste un thé fumé, ce qui ressort est 
clairement les notes fumées, mais c'est fait
avec beaucoup d'élégance et ça n'a définitivement rien 
à voir avec les LS du commerce qui embaument toute 
la pièce lorsque vous infusez votre thé.

Ici les notes de fumée sont authentiques, et lorsque l'on 
se pose quelques instants au-dessus des feuilles placées 
dans le gaiwan préchauffé, c'est clairement un "vrai" 
arôme de fumée qui se dégage et qui évoque immanquablement 
l'ambiance "coin du feu" tout à fait propice en cette saison.


Commercialisé ~34€/100g, ce thé est évidemment beaucoup plus 
onéreux que les LS de grande enseigne, généralement aux 
alentours de 6 ou 7€/100g, mais ce n'est clairement pas le 
même produit, c'est même une approche diamétralement opposée.


Je dose ce LS assez généreusement pour un thé rouge 
(1/3 du gaiwan environ), j'infuse à l'eau très chaude, 
et j'en tire facilement 4 infusions.

Encore une fois, bravo à PostcardTeas 
pour la qualité de sa sélection !