5 sept. 2012

à La Borne

J'ai eu l'occasion d'aller à La Borne cet été.
Je vous engage à faire de même si vous passez dans le centre de la France.


On y arrive par une très belle forêt, qui fait du bien au moral après la traversée des immenses étendues de céréales cultivées du Berry.

Contrairement à l'année passée, j'ai pris le temps de m'arrêter au centre de céramique contemporaine de La Borne. Un grand nombre d'artistes y exposent une multitude de céramiques, allant de la tasse à café la plus simple à la sculpture la plus abstraite. Prévoir au moins une bonne heure pour avoir le temps d'en faire le tour. Je n'ai pas osé y faire de photos, d'ailleurs je ne sais pas si c'est autorisé. Pour la peine, une autre photo de la forêt :)


Ensuite, j'ai rendu visite à David Louveau de La Guigneraye, le potier des potiers comme l'avait baptisé Michel François. Quel personnage ! Je me permets de citer Michel François qui lui-même citait Jacob Bodilly : "Cet homme a la Foi. La Foi est le mariage de la Joie et de la Force." 

La formule est vraiment excellente. De la Force, oui il en a à revendre. Le jour où je suis passé le voir, il s'apprêtait à passer sa deuxième nuit blanche. Entre la préparation du bois, l'extraction de la terre pour le tournage de la fournée suivante, la cuisson au gaz de la nuit précédente et l'enfournement à venir, les modifications de ses fours, ses nouveaux projets, il semble infatigable. Il m'avait tout de même concédé qu'il s’octroierait des micro sommeils lors de la cuisson nocturne à venir.

De la Joie, idem : quel enthousiasme ! Avec lui le thé est palpable, l'esprit du thé se matérialise dans ses pièces car lui-même vit le thé à l'état brut. Ce n'est pas un buveur de thé de salon qui déguste son breuvage préféré confortablement installé dans un fauteuil et qui l'accompagne, petit doigt levé, de savoureuses pâtisseries. Dans son atelier, le thé est plus spartiate, mais tellement vrai et authentique ! Il est support à la méditation, à l'échange, au partage, mais parfois aussi simplement à l'hydratation et au repos car son travail de potier est très physique (pour ceux qui ne l'ont pas vu, regardez-le préparer sa terre ici *, on est bien loin du pain de faïence vendu prêt à l'usage).

* Edit : la vidéo a malheureusement été supprimée depuis. 
Si jamais vous la retrouvez ailleurs, merci de me donner le nouveau lien :)

Tout comme l'année dernière, je n'ai pas osé faire de photos sur place, par contre j'ai fait des photos des quelques "souvenirs" que j'ai rapportés de son atelier :


Une grande tasse d'inspiration plutôt coréenne si j'ai bien compris, parfaite pour du thé vert. D'ailleurs les coulures à l'intérieur prennent tout leur éclat avec une liqueur verte, c'est sublime.


Ci-dessous, un chawan "nanban".



Une petite tasse avec beaucoup de détails, de couleurs et de craquelures.




Et, last but not least, une superbe petite théière (9cl) qui fait également des merveilles avec le thé vert. J'ai essayé de m'appliquer pour les photos mais elles sont encore loin de rentre justice à ces pièces. Mais bon, j'aurai sans doute l'occasion de les photographier à nouveau. ^^


Merci encore à David d'avoir pris le temps de me recevoir - avec autant d'égards, d'enthousiasme et de gentillesse - entre le déchargement du bois et l'opération d'extraction de la terre en forêt !

6 commentaires:

Olivier a dit…

David Louveau fait vraiment un travail remarquable. Et ses pièces reflètent bien non seulement son savoir faire mais aussi sa passion!

Les petites choses que tu as ramené de chez David sont vraiment magnifiques, profites en bien!

madiel a dit…

Cela donne vraiment envie de faire un tour dans cette région. C’est toujours émouvant de voir des artisans portés par leur travail et leur passion. 

Par ailleurs, pour ce qui est du  «thé à l’état brut», du «vrai et authentique», permettez moi de défendre les vertus de la sophistication et de trouver dans l’art du thé aussi bien japonais que chinois l’occasion de m’éloigner des valeurs Rousseauiste prônant un retour à une nature pur et noble qui font notre spécificité Française.

Loin d’effrayer l’amateur de thé Chinois ou Japonais, le «buveur de thé de salon» passerait davantage pour un barbare grossier que pour un individu trop sophistiqué. La cérémonie du thé japonaise comme l’art de la dégustation à la chinoise associerait la pratique du petit doigt levé et de la pâtisserie comme un signe de débauche orgiaque plutôt que comme un signe de distinction.

Il faut l’avouer, l’amateur de thé est avant tout un être de culture et de raffinement qui regarde la nature du coin de l’oeil pour mieux la dompter. 

Je reprendrai pour conclure une formule de Ravel que l’on raillait pour sa méticulosité et sa rigueur :
 «Mais est-ce qu’il ne vient jamais à l’esprit de ces gens-là que je peux être artificiel par nature »

Anonyme a dit…

Merci pour cet article. Je me suis permis de piquer 3 photos (et de mettre un lien vers Vacuithé) pour les poster sur un forum qui m'est cher (http://engrandepompe.forumpersos.com/t2604-thes-theieres-bouillante-eau-et-toutes-ces-sortes-de-choses#71954).
Sinon, je me suis arrêté chez Thés de Chine, il ne me reste plus qu'à goûter le Mao Feng (de mémoire) que je m'y suis procuré.
Cordialement.
Olivier

charlotte billabongk a dit…

Tout simplement magnifique et authentique.

Tsubo Nicolas a dit…

Superbe, surtout le chawan "nanban" qui rappelle le style de bizen !

Tsubo Nicolas a dit…

D'un autre côté, je ne suis peut être pas impartial, il faut dire que j'aime beaucoup de style ... mais le reste est aussi très beau ... tu as fait quelques emplettes je vois ...