14 juil. 2010

Tai Ping Hou Kui 2010



Prononcez "taille ping rou coui" ou quelque chose comme ça pour ce thé vert dont le nom signifie "Roi des singes de Taiping". Ce thé a été martelé, ce qui lui donne cet aspect gauffré qui m'intriguait depuis un bon moment.

Celui-ci vient du Palais des Thés, j'ai eu de bons échos sur ce cru 2010 qui est arrivé il y a peu dans les boutiques de cette chaîne de magasins qui propose des "Thés rares et éphémères" parfois intéressants.

Le contenu du sachet n'est pas vraiment homogène : des feuilles immenses, des miettes, des feuilles non travaillées, d'autres sont pliées et martelées, le tout dans des couleurs allant du vert bouteille au jaune doré.

Au nez, ça ressemble beaucoup à un Long Jing, ce qui est certain c'est que ce thé vert sent très bon et me semble plutôt prometteur.

Je le dose très largement dans mon zhong.

Sous vos yeux esbaudis, un embryon de magnifique Cha Xi, mêlant au petit bonheur la chance harmonieusement un Cha Bu essuie-main Ikéa précieux en soie sauvage et une orchidée banale qui a bien souffert de la chaleur rarissime prélevée dans une jungle sauvage et inexplorée.
Que de chemin il me reste à parcourir pour prétendre approcher les magnifiques Cha Xi que l'on peut voir sur certains blogs...



Les trois infusions réalisées m'ont offert une belle liqueur vert clair tirant beaucoup sur le jaune, le bouquet aromatique est harmonieux et complexe : notes légères de torréfaction (pyrogéné), végétal et marin à la fois, avec aussi des notes fleuries et parfois presque fruitées. Bonne longueur en bouche et très belle présence dans le nez.

Très souple et vraiment un plaisir à boire, ce thé m'a procuré un moment de calme et de douceur en cette matinée pluvieuse.

Conclusion : un très bon thé vert tout à fait à mon goût, qui rejoint le Long Jing dans la liste de mes thés vert favoris.



5 commentaires:

David a dit…

La description de ton Cha Xi m'a fait bien rire. ;-)

Je pense que le plus beau Cha Xi, c'est celui qu'on arrive à se faire dans la tête au moment de la dégustation. Un beau setup sans être à son thé ne sert à rien. A l'inverse, une dégustation au calme sur le coin d'une table peut apporter un bien fou.

Très joli article comme toujours.

A+

Nicolas a dit…

Bien que je ne laisse pas systématiquement de commentaire, je visite régulièrement ton blog.

Et là tu m'as bien fait rire avec ton Cha Xi ;D

Apporter du beau dans la préparation d'un thé m'aide à être présent à ce que je fais.

D'ailleurs je lisais très récemment que l'esthétique est relativement présente dans les différentes voie au japon (thé, calligraphie, ikebana).

Dans l'ikebana (composition florale), la simplicité peut même s'exprimer par la présence d'une seule fleur.

David a dit…

Je dirais même plus Nicolas : la voie qu'a pris le thé aux alentours du XVIème siècle au Japon (wabi sabi) est celui qui a façonné ou modifié l'esthétique d'autres arts comme l'ikebana ou l'architecture japonaise.

Je ne peux que conseiller la lecture de l'ouvrage : L'Éloge de l'Ombre qui traite magnifiquement de cela.

A+

Sébastien a dit…

"L'Éloge de l'Ombre", c'est noté merci David !

yakimono a dit…

je découvre ce blog et je suis ravi, belles photos, bel article ! félicitation !