17 juin 2013

Mei Jia Wu Long Jing


Ming Qian Mei Jia Wu Long Jing (Zheijiang, 2013)
"Théiers anciens"


Encore un thé vert chinois millésime 2013 en provenance de Charlotte, je vous conseille la lecture de son article à propos de ce même thé (mais de l'année dernière) : provenance, fabrication, le tout en photos.


Que dire de ce Long Jing ? Une bien belle cueillette tout d'abord, doublée d'un magnifique travail de torréfaction et de façonnage. Un modèle du genre, une qualité que l'on retrouve également au niveau de la couleur des feuilles et du parfum qu'elles dégagent. Dans le zhong chaud, c'est un vrai régal.


Dès la première liqueur, je me retrouve plongé dans l'univers du Long Jing. C'est un des thés verts chinois qui, je trouve, est le plus facilement identifiable (toujours d'après mes maigres connaissances sur le sujet).
Frais, léger, délicat, avec des notes de torréfaction très typées et une surcouche florale qui me fait systématiquement penser à la rose.


D'ailleurs je ne m'explique pas cette association d'idée avec la rose. Serait-ce le cas depuis que j'ai goûté le Long Jing à la rose de PostcardTea ? Quoi qu'il en soit je retrouve cette note florale dans l'intégralité des Long Jing que j'ai pu boire depuis. Encore une fois, difficile de faire la part des choses entre le ressenti, le souvenir du ressenti, le subjectif et l'objectif en terme de dégustation de thé.


Très bonne seconde infusion, l'amertume est bien présente sans trop dénaturer la finesse de ce thé. Les parfums s'expriment bien, c'est très frais en bouche, le côté bienfaisant du thé vert est ici vraiment palpable.


Pureté des liqueurs,
simplicité et bonheur de l'instant,
du thé, de l'eau chaude,
que demander de plus ?


Difficile de me prononcer sur ce Long Jing. Il est très bon certes, mais je suis bien incapable de me départir du souvenir du LJ#1 de Maître Luo (PostcardTeas, 2012). Un souvenir impérissable, qui s'est peut-être auto-alimenté au fil des mois pour devenir légendaire dans ma mémoire théistique, mais quand je me relis, je crois bien que non.


Je ne boude pas pour autant mon plaisir, et j'apprécie - en tout cas j'en ai le sentiment - ce Mei Jia Wu Long Jing 2013 à sa juste valeur, c'est-à-dire comme un petit trésor de verdure dont je salue la fraîcheur, et par lequel je rends hommage aux personnes qui l'ont fabriqué, et bien sûr à la nature qui l'a offert aux hommes.

3 commentaires:

Tanta Meno a dit…

Bonjour Sébastien,
J'ai moi aussi acheté ce thé à Charlotte. Je l'ai goûté plusieurs fois déjà et je le re-teste en ce moment en gardant ton article sous les yeux. Je lui trouve de la douceur, un côté soyeux et presque sucré et ce goût typique de châtaigne grillée. Je n'arrive pas à déceler l'amertume, ni la rose.D'ailleurs pour rebondir sur cette thémathique, je suis fort surprise que du LJ de Mei Jia Wu soit assemblé avec des boutons de rose. Si quelque spécialiste a des infos à ce propos, j'aimerai savoir ce qu'il a à dire !
A bientôt pour d'autres impressions.
Amicalement
Tanta

Sebastien M a dit…

Bonjour Tanta Meno,
Je n'ai pas dit que ce LJ avait été parfumé à la rose comme ça avait été le cas sur le LJ à la rose de PcT, mais tout simplement que j'y retrouvais un parfum floral qui me faisait systématiquement penser à cette fleur.
Mais encore une fois, ce n'est qu'un ressenti personnel. Par exemple, la fameuse note de chataigne des LJ n'est pas du tout évidente pour moi. J'ai déjà mangé plusieurs fois des chataignes grillées, et j'avoue ne pas faire le lien avec l'évidence qui semble de mise lorsque l'on déguste un LJ.
Enfin bon, le principal c'est quand même d'apprécier le thé et sa dégustation, tout le reste n'est que littérature.
Je ne prétends pas rédiger des notes de dégustation devant être considérées comme des références (bien au contraire d'ailleurs), ma seule vocation est de donner envie de boire du thé, c'est tout :)
à bientôt, et bons thés !

Tanta Meno a dit…

Oui, oui, j'avais bien compris ton propos ! Et d'ailleurs tu réussis bien à donner envie de boire du thé. Mais c'est fou comme nous autres amateurs pouvons avoir des approches différentes avec le même thé. Nous n'avons forcément pas accès à la même "bibliothèque de sensations" et il est évident que l'interprétation que nous faisons nous est propre. je trouve cela intéressant. Continuons donc à boire du thé, encore et encore, et partager nos expériences.
A bientôt !