15 déc. 2011

Thé vert à la rose des bois

Non non, ce n'est pas un canular, il s'agit bien d'un thé parfumé - oui oui, à la rose des bois - mais pas n'importe lequel. Ce thé, de la boutique Thés de Chine (boulevard Saint-Germain à Paris), est le tout premier vrai thé que j'ai bu. Mon premier pas dans l'univers du thé, le déclic qui m'a fait abandonner les sachets de Lipton au profit des thés en vrac, d'abord parfumés, puis d'origine.

Voilà toute l'histoire, qui remonte à environ 5 ou 6 ans : j'étais en formation avec une dizaine d'autres personnes, en plein hiver, dans une salle très mal chauffée et dans laquelle nous passions toute la journée assis à grelotter en prenant des notes. L'un des stagiaires avait toujours à portée de main une bouteille thermos visiblement remplie de thé qu'il buvait méticuleusement tout au long de la journée.
Par curiosité - et aussi pour me réchauffer un peu j'avoue - j'ai fini par aller lui quémander un bol de son eau chaude et j'ai immédiatement adoré le goût de son thé. C'était précisément le thé que je vous présente aujourd'hui : un thé vert à la rose des bois, celui de Thés de Chine.
Peu de temps après cet épisode, je suis allé acheter ce thé parfumé ainsi qu'un ou deux autres du même style, et je n'ai plus bu que cela. Petit à petit, j'ai été un peu écœuré par ces parfums un peu trop envahissants, et j'ai acheté des thés de moins en moins parfumés, pour finalement finir par goûter un Long Jing qui m'a définitivement fait passer de l'autre côté de la barrière. J'ai alors enchaîné les thés verts chinois, puis découvert les wulong, les puerh, récemment les thés verts japonais...

A défaut d'avoir conservé les coordonnées (ou même le nom) du stagiaire qui m'avait fait goûter son breuvage, ce billet est donc en quelque sorte un hommage à ce thé vert parfumé à la rose des bois, celui sans lequel je n'aurais jamais découvert le puerh, ce qui eût été bien dommage.


J'ai racheté un sachet de ce thé, qui mêle effectivement des feuilles de thé vert à des petits pétales de rose. J'ai fait une rapide recherche sur Internet, la rose des bois est un mystère. Il est fait mention d'une liane psychotrope aux effets hallucinogènes, la liane d'argent (également appelée rose des bois), mais je doute que ce soit le même végétal. L'appellation rose des bois n'est peut-être que "commerciale" (à moins que l'on ne trouve beaucoup de rosiers dans les forêts chinoises).

L'odeur des feuilles sèches est très puissante, très très parfumée. Des parfums de rose évidemment, mais aussi un petit quelque chose de très sucré, le tout faisant furieusement penser à une odeur de chewing-gum, de Malabar plus précisément. C'est tout à fait ça : ce thé sent le Malabar à plein nez, mais pas du tout le thé.

Je vais le préparer comme un thé vert Chinois, c'est à dire : gaiwan, 3 ou 4 grammes de thé, eau pas trop chaude, et 3 ou 4 infusions d'une minute ou deux.

#1 (une minute) : c'est assez frais en bouche, très très peu d'amertume, et à part cela on ne sent pas grand chose si ce n'est ce monolithique parfum de Malabar à la rose. Honnêtement, ce n'est pas mauvais, mais ce n'est pas très bon non plus. Je dirais que c'est tout de même un bon thé parfumé, qui ne fait pas dans l'excès au niveau des parfums. Il reste relativement sobre et suffisamment éloigné du poire-gingembre-couscous pour rester tout à fait buvable dans sa catégorie.

#2 (une grosse minute) : rien d'autre à ajouter. Finalement c'est plutôt une bonne chose que les parfums de "rose des bois" couvrent le vrai goût de ce thé vert, car ce que l'on en devine sous la couche parfumée n'a pas l'air transcendant (heureusement d'ailleurs, il eût été dommage de mélanger un Anji Bai Cha de premier choix avec des pétales de rose).

#3 (deux minutes, eau un peu plus chaude) : rien à signaler, ça se boit bien, c'est un thé parfumé plutôt agréable mais je n'en boirai pas tous les jours (dans le même style j'aime bien aussi le Marco Polo vert de chez Mariage).

Je suis tout de même content de ces retrouvailles avec ce petit thé qui me rappelle pas mal de bons souvenirs, mais je pense que j'aurais du mal à finir le sachet tout seul. Je compte sur les gens de passage pour qui le Tai Ping Hou Kui n'a absolument aucun goût pour venir à bout de ces 100g de thé :)

4 commentaires:

Virgile a dit…

salut,
j'ai commencé par ce genre de thé, et le saut a été gigantesque entre ces thés et les thés en sachet. Le début d'une découverte, et comme toi j'y reste attaché à ces thés aromatisés, ils ont été important. J'ai commencé avec les thés mariage frères je pense, le mélange marco polo, ça sent le bonbon, on dirait des soft drinks, du banga :-)
Plus tard, alors que je connaissais déjà un peu mieux le thé, que j'étais client à la m3t depuis un moment etc, j'ai voulu testé les références de thés parfumés de cette maison, alors bon c'est mieux que mariage frères, mais au final il me sont difficile à boire plus d'une fois tous les six mois. Même le thé au jasmin, de chez Stéphane, ça m'a lassé. Question de période peut être, de compagnie aussi. C'est agréable de partager un tel thé avec des gens qui veulent découvrir.
bonne soirée,
virgile

lionel a dit…

Je vois qu'on a tous débutés nos "carrières" de buveurs de thé sous les mêmes auspices...Moi c'était un mélange dénommé je crois "1892" que j'achetais dans une boutique de Orléans, un thé rouge avec pétales bleus et parfum de bergamote. Puis un jour j'ai acheté du Yunnan et du Ceylan : coup de foudre absolu. Puis Darjeeling, puis Mariage Frères etc etc...


Hiruma Yoshiaki produit un délicieux chakakacha 茶花花茶 dans lequel des fleurs de théier en boutons accompagnent et parfument des feuilles de sencha ...

Moi aussi les thés parfumés me lassent vite...j'avais craqué sur un thé à la rose de M3T en 2006 : Mei Gui Feng Yan il me semble...incroyable parfum liquide, mais je l'avais terminé en thé glacé ...

Mars a dit…

Je ne vais pas dérogé à la règle, j'ai aussi commencé mes armes par le thé parfumé de certaines grandes enseignes... Oolong fleur d'oranger pour être exact. Puis des verts parfumés et le "pleine lune".
Mon premier vrai thé nature a été un Hojicha de chez Chajin et la découverte de leurs autres thés.

Il y a toujours des boites parfumées dans les étagères, les amis apprécient un petit Kusmi bien préparé.

Henry Nicolas a dit…

Je vois que nous avons tous commencés plus ou moins de la même façon ...

Pour ma part, je ne buvais au début ( il y a bien longtemps, dans une période que je qualifierai de pré-historique ) que des thés aromatisés en sachets, parce que les thés "d'origine" ( originaires d'où, je me le demande maintenant ) en sachets étaient vraiment trop mauvais et j'avais déjà le Lipton Yellow en horreur ...
Puis, un comptoir à ses débuts, le palais des thés, est venu s'installer dans une rue où je passais de loin en loin ... l'enseigne attirante, les vendeurs proposant un thé parfumé dès que l'on s'approchait de la porte, les vitrines attrayantes pleines d'objets bizarres ( théières en verre, minuscules théières en terre cuite, louche en bambou, fouet en bambou et repose louche japonais, bols d'origine identique avec même pas un seul bord droit et correctement rond ) ont fait que j'y suis entré par curiosité pour jetter un coup d'oeil et que j'en suis repartis avec le thé donné à goûter alors ... le "fleur de Geicha" ... ainsi qu'avec une boule à infuser en inox ... marquant la fin des sachets ...

... y revenant de temps en temps, pour prendre sensiblement les mêmes produits parfumés, un vendeur m'a un jour proposé d'essayer un échantillon de thé vert japonais "nature" ... fatale erreur qui a vu mes réticences envers les thés "d'origine" tomber pour ne plus revenir en arrière vers les thés parfumés et commencer mes découvertes de thés et de comptoirs ... pour finir par ouvrir, 15 ans plus tard, un blog sur le propos ...