26 août 2011

Holiday's samples



Chang Tai "Chen Hong Chen" 2005 (HouDe) - 4g

Odeur et goût semblables au souvenir du seul sheng de chez Chang Tai que j'aie eu l'occasion de goûter. Pas du tout mon truc. Y aurait-il un profil aromatique typique Chang Tai ? C'est lourd en bouche, pas élégant, sans relief et sans les composantes bois/épices que j'apprécie dans les jeunes puerh crus. Ce n'est pas pour moi.
Bon, ce n'est pas mauvais, je l'ai infusé jusqu'au bout, mais sans grand plaisir. Je concède que la seconde partie de la dégustation s'est révélée plus intéressante : le côté lourdaud se dissipe, la liqueur se devient plus complexe et plus fine. Mais sans aucune longueur. Définitivement pas mon truc.








Master Xu's 4 Tree Ancient Shui Xian, handmade May 2009 (PostcardTeas) - 7g

Des feuilles magnifiques, accompagnées par une forte odeur de torréfaction.
Infusion mode bûcheron ©.

#1 (30") : la torréfaction domine largement, tout le reste est écrasé. Malgré cela, l'ensemble est assez léger en bouche, la liqueur est magnifique.
#2 (1') : sans doute trop infusé. La longueur est spectaculaire mais l'amertume trop présente. Du moelleux malgré l'écrasante torréfaction.
#3 (1') : Fin et minéral, texture relativement dense mais globalement ça reste doux, toujours sous la domination sans partage de la torréfaction.
#4 (2') : c'est mieux. La torréfaction est en baisse, c'est toujours minéral mais également un peu fruité.
#5 (3') : c'est encore mieux, mais ce n'est toujours pas l'extase. Je ne suis sans doute pas prêt pour apprécier ces thés de rocher...
#6 (5') : stable, légère recrudescence des arômes fruités.
#7 (10') : idem. Je m'arrête là, j'ai ma dose de torréfaction pour quelques temps.







Darjeeling first flush 2011 "Goomtee" (darjeeling.cz) - 2g, 2'30"

Petites feuilles plus foncées et dotées d'une odeur moins incisive mais tout aussi riche que le Phoobsering testé récemment.
Une liqueur très pure, du fruit, du sucre, des herbes fraîches et des fleurs. Légère astringence très agréable, belle longueur, miam.





Sur la route qui mène chez David Louveau de la Guigneraye...


Qizhong oolong, printemps 2008, Wenshan, Taiwan (Stéphane Erler)

Très belles feuilles, douce odeur de torréfaction.
Une liqueur pure et moelleuse, la torréfaction est ici très douce, sur un fond végétal et fleuri. La torréfaction s'estompe gracieusement au fil des infusions, c'est frais et léger, harmonieux et extrêmement plaisant en bouche.
J'ai habituellement du mal avec les torréfactions ; celle-ci me plaît beaucoup.



3 commentaires:

Philippe de Bordeaux a dit…

Quel voyage sur la roure du thé!Extra.

Rafraichissant.

à bientot.

Olivier a dit…

T'es partis en vacance avec ton nouveau gaiwan ;) (où t'es parti en vacance dans ton gaiwan ;) )

Chapeau sinon pour le lézard, grande classe tes macros comme toujours... et vu la route que tu as emprunté félicitations! Le travail de David est incroyable, et l'atmosphère qui l'entoure semble être du mme acabit...

Bonne chance pour le retour...

Francine a dit…

J'ai beaucoup aimé ta façon de nous faire voyager sur ta route du thé (comme dit Philippe). Et quelle superbe ambiance s'en dégage! Je ne sais rien du profil type mais chez moi le goût du thé est lié au temps et à mon humeur, ce que j'ai adoré hier peut ne pas me plaire aujourd'hui? Et cela n'a rien à voir avec le type de thé.