10 juin 2012

Sencha de Kagoshima, Sae Midori


Premier sencha de l'année 2012, un shincha donc (encore que, je ne suis pas vraiment certain d'avoir bien compris à partir de ou jusqu'à quand un sencha pouvait prétendre à ce titre). Mais peu importe, je suis plus qu'impatient d'ouvrir ce beau sachet et de découvrir le premier de cette série de 4 thés de la boutique O-Cha.

Mon sentiment à la découverte du sachet a été plutôt mitigé : j'étais à la fois ravi par cet emballage en papier coloré, qui changeait un peu des sachets gris de Thés-du-Japon, mais en même temps je déplorais que le thé ne fût pas sous vide. En le retournant cependant, on peut lire que le sachet est "sans oxygène", ce qui revient peut-être au même.


On apprend également au dos du sachet que ce Sae Midori est le plus "vert" des thés de la boutique. Étuvage poussé (fukamushi sencha), donc miettes, donc liqueur très verte et très trouble. Le cultivar Sae Midori serait un croisement assez récent (1990) entre le classique Yabukita et l'Asatsuyu (source site web Ocha).

A l'ouverture du sachet, je me suis pris un grand coup d'effluves de pâtes de fruits et d'herbes, quelque chose de très sucré, d'une douceur infinie. Cela ne présage pas du résultat que j'aurais dans ma tasse je le sais bien, mais c'est tout de même un premier contact très engageant !


Effectivement, même si on retrouve quelques feuilles roulées en petites aiguilles extrêmement fines, le reste du sachet relève davantage de poussière et de miettes de thé. Ça promet pour ce qui est de la verse, avec mon kyusu à 7 trous ne va pas aimer et je n'ai pas fini de lui souffler dans le bec :)


Je n'ai pas suivi les conseils d'infusion donnés au dos du sachet qui évoquait un dosage en petites cuillères, une grande théière... j'ai préféré utiliser mes paramètres de base pour les sencha : environ 90ml, 4g, 70°C, et 1', 10", 30", 2'...


Comme je le craignais, le fait que les feuilles soient très émiettées ne facilite pas la verse avec ce kyusu.
Mais après quelques efforts, j'obtiens enfin la première liqueur qui, comme promis, est d'un vert très sombre, très profond. Le fond de la tasse n'est plus qu'un lointain souvenir :)

En bouche, satisfaction et jubilation instantanée : c'est ultra rond, gras, vert au possible, avec un peu de fruit mais surtout une douceur et un velouté hors du commun. J'adore.


Deuxième infusion : la liqueur est tellement chargée en particules qu'en fonction de l'angle de vue, elle semble presque noire. L'expression "à boire et à manger" prend ici tout son sens.


Pourtant, il suffit d'observer la liqueur dans un pichet en verre pour constater qu'elle n'est pas si foncée que ça. Par contre, quel vert ! Et quelle turbidité !
Et en bouche, quel plaisir aussi ! Cette deuxième liqueur est tout aussi douce et végétale que la première. Grasse et sucrée, toute en verdure, sans aucune amertume ni astringence, c'est un régal.


Un thé vraiment sensationnel au niveau de la sensation en bouche, un thé coup de cœur pour sa douceur et sa texture, pour son vert incroyable aussi, mais un peu moins fantastique sur les parfums.
Ce n'est pas le plus complexe ni le plus parfumé des fukamushi sencha que j'ai pu avoir l'occasion de boire, mais il a d'autres atouts.


Je suis cependant loin d'être déçu par ce Sae Midori d'O-cha. Si les 3 autres thés que j'ai reçus avec celui-ci sont du même acabit, je serais ravi !

4 commentaires:

Mars a dit…

Hum... Tu me fais presque regretter de ne pas avoir ajouter ce thé à ma dernière commande.

"Je n'ai pas fini de lui souffler dans le bec".... ça c'est sur, le Yutaka Midori aura le même effet sur ta théière mais devrait, je pense, te plaire tout autant.

David a dit…

5g/10cl - 65°/1'20 - 70°/15" - 75°/30" - 80°/2'

Hohin (avec une cinquantaine de trous ;-) ) yuzamashi et yunomi de Bizen.

Ouverture du paquet : superbes parfums exotiques (banane) très prometteurs.

Le thé est très vert, très rond comme tu le soulignes (encore que mon équipement de Bizen aide à arrondir). Avec ces paramètres, la seconde infusion est meilleure que la première sur tous les points. Je ne sais honnêtement pas comment tu as fait avec ton kyusu à 7 trous... Pour la petite histoire, Akira a enfin réussi a persuader Watanabe Tozo à mettre plus de trous dans ses filtres... Apparemment, ça a été un combat de longue haleine... ;-)

Tes photos rendent bien hommage à la beauté de cette liqueur d'un vert électrique.

Pour le moment, ce thé ne m'est pas apparu comme extraordinaire, mais ce serait prétentieux de prétendre que ça vient du thé et pas de mes paramètres... J'ai encore 3 essais, on verra bien...

Sebastien M a dit…

Buvant ce thé tous les jours maintenant depuis plusieurs jours, il n'est certes pas extraordinaire - surtout au niveau des parfums en fait - mais il est réellement impressionnant au niveau des sensations en bouche... et que dire de sa couleur !
J'ai vite laissé tomber (façon de parler) le kyusu à 7 trous pour ce sencha. Le shiboridashi est nettement plus indiqué :)

David a dit…

Meilleurs résultats chez moi avec une eau plus chaude (80°C).