8 juin 2011

Yan Luo Po

Échantillon d'un thé assez exclusif, le Yan Luo Po (Hirondelle) de Terre de Chine.
Il s'agit d'un thé vert récolté et façonné à la main une fois pas an, par un seul et unique producteur installé à 800 mètres d'altitude dans le sud de la province d'Anhui. Ce thé est le résultat de cinq années d'expérimentation à partir d'un théier blanc, dont les feuilles sont traitées comme un thé vert. Cet échantillon est issu de la récolte d'avril 2011.


Les feuilles sont vraiment belles, le façonnage est régulier et la couleur est d'un vert lumineux. Dans mon zhong préchauffé, les feuilles dégagent un parfum frais et végétal tirant sur les légumes, tout en finesse, souligné par une très légère et élégante torréfaction.


Infusion 1 (65°C / 1") : liqueur vert pale, très douce, veloutée, c'est assez étonnant. Ce Yan Luo Po ne ressemble à aucun autre thé vert chinois.

Infusion 2 (75°C / 1") : résultat identique à la première infusion. Je suis frappé par l'extrême pureté de ce thé. Une liqueur translucide comme je n'en ai que rarement vu.

Infusion 3 (75°C / 2") : pareil. Ce thé vert a une étonnante endurance, la liqueur n'a presque pas bougé depuis le premier passage. Cette troisième infusion offre un peu plus de précision et de présence en bouche au détriment de la douceur et du velouté, mais c'est très très léger... Une pureté accrue, c'est toujours aussi fin et subtil, un régal.

Infusion 4 (75°C / 2"30) : pas beaucoup d'évolution, la liqueur reste étonnamment assez stable.

Infusion 5 (75°C / 4") : ça y est, les feuilles commencent à faiblir. Le velouté & la douceur reviennent en force, un côté presque sucré s'impose et prend le pas sur les arômes qui sont sur le déclin.

Infusion 6 (85°C / 7"30) : un début de très très légère amertume donne du relief à cette sixième liqueur toujours pleine de douceur et de saveur végétales. Bon, il faut reconnaître que les parfums sont en très nette baisse, mais en bouche j'ai toujours une très bonne présence, et au final j'ai toujours la sensation de boire un très bon thé vert.

Infusion 7 (85°C / 10") : septième et dernière infusion. La liqueur, qui avait amorcé depuis deux ou trois infusions un virage de couleur, tire désormais sur un jaune pâle et devient beaucoup moins intéressante : parfums faibles, texture très largement dégradée, etc... Étonnamment, j'ai toujours des sensations agréables en rétro-olfaction, des réminiscences de bon thé vert, un petit quelque chose qui subsiste, mais je m'arrête ici.

Ce Yan Luo Po est décidément une très belle découverte. C'est bien la première fois que je pousse un thé vert à sept infusions. Merci Julien !

7 commentaires:

Nicolas a dit…

Bonjour Sébastien,

Je suis heureux de voir que ce thé t'a plu autant. J'ai aussi bien accroché.

Ta description des infusions 1 à 7 est pour le moins étonnante et révélatrice. Je résume en notant les points qui m'ont le plus frappés :

Inf.1 : très douce, veloutée
Inf.2 : Je suis frappé par l'extrême pureté de ce thé
Inf.3 : Ce thé vert a une étonnante endurance, la liqueur n'a presque pas bougé depuis le premier passage.
Inf.5 : un côté presque sucré s'impose
Inf.6 : mais en bouche j'ai toujours une très bonne présence

Je note presque aucune référence au nez dans ta description des infusions 1 à 7.

Il y en a cependant en début d'article : "Dans mon zhong préchauffé, les feuilles dégagent un parfum frais et végétal tirant sur les légumes, tout en finesse, souligné par une très légère et élégante torréfaction."

Je note aussi la légère torréfaction.

Conclusion : Ce thé est pour moi résolument moderne. Je n'avais pas percuté là dessus avant.

Ta description est superbe.

Merci
Amicalement
Nicolas

Sébastien a dit…

"résolument moderne"

A vrai dire je n'avais pas non plus trouvé cet adjectif pour qualifier ce thé mais ça lui va vraiment comme un gant.
Ce n'est pas tous les jours que l'on peut déguster un thé qui existe depuis aussi peu de temps et auquel on a donné un nom qu'il a fallu également inventer.

Olivier N. a dit…

Bonjour,

Cultivar Anji Bai Cha si j'ai bonne mémoire... Le producteur est à la tête d'une grosse production de thé rouge keemun et a eu envie il y a quelques années de se faire plaisir en expérimenantant des petites plantations en montagne. Et quel beau résultat ! Vive l'innovation !!!

Julien ÉLIE a dit…

Tout à fait.
Le Qimen grand cru de ce producteur est aussi en vente à Terre de Chine.

Sa production de thé vert est une expérimentation « à taille familiale ».
Il habite dans une montagne isolée sur laquelle il a loué pour 50 ans à l'État chinois de grandes étendues de terrain. Il en prend ainsi soin et vit quasiment en autarcie avec une trentaine de personne (je crois).

J'ai aussi pu goûter en boutique son Qimen vieilli (récolte 2004). Extra !

jeancarmet a dit…

Je vais être le rabat joie de l'histoire mais j'ai acheté ce thé et je trouve vraiment qu'il ne casse pas trois pattes à un canard... Il est correct sans plus à mon goût... :(

Sébastien a dit…

Comme quoi, les goûts et les couleurs...

"Je vais être le rabat joie de l'histoire"

Il en fallait bien un, merci de t'être dévoué :)

jeancarmet a dit…

Serviteur. ;)