20 juin 2011

Galette de Liu Bao Cha


Eh oui, le Liu Bao Cha, ça existe aussi en galette ! La plupart du temps le Liu Bao Cha se vend sous forme de vrac, et j'ai aujourd'hui l'occasion de goûter un échantillon de la galette de Liu Bao Cha de la Maison des Trois Thés, millésime 1985.

Dans le zhong préchauffé, on pourrait réellement croire que c'est un très bon pu erh fermenté qui dégage ces parfums de boiseries antiques et de cire, le tout de fort belle façon : dynamisme et relief sont au rendez-vous !

Une fois ces quelques feuilles rincées deux fois brièvement et infusées quelques secondes, ce Liu Bao Cha ne fait cependant plus illusion, quoi que... La frontière entre Liu Bao Cha et Shu Cha est ici très mince, et je n'ai absolument pas la certitude, dans une dégustation à l'aveugle, de ne pas me faire avoir.

Cette première liqueur a une couleur absolument splendide, je vous laisse juger (photos juste recadrées + balance des blancs Gimp, pas d'éclairage, pas d'effets numériques spéciaux) :




En laissant de côté la couleur de ce délicieux breuvage, je note pèle-mêle une irréprochable pureté, une texture parfaite, beaucoup de relief, presque une certaine "verdeur" (comme celle qui resurgit au bout de quelques infusions chez les bons pu erh fermentés), et une fort belle palette aromatique. Bref, une première infusion du tonnerre.

Pour la suite, toujours aussi bon. Un thé très réconfortant, chaleureux, qui se boit tout seul (surtout en ce 20 juin qui fait davantage penser à un début d'automne qu'à la veille de l'été...). Moins sirupeux / sucré que le millésime 1958 de la même boutique, plus dynamique et plus endurant, c'est vraiment une très belle référence.

Dans le couvercle du zhong, et ce durant au moins les 5 ou 6 premières infusions, j'ai retrouvé du peps, comme si j'étais en train de déguster un bon shu cha, pas trop fermenté, qui laisserait transparaître son appartenance à la famille des pu erh par des parfums dynamiques et boisés, l'amertume en moins.

Une très belle présence en bouche, dynamique, qui contraste avec l'idée que je me fais du Liu Bao Cha un peu mou, un peu trop sage. Celui-ci est vraiment intéressant. Aucune saveur off, toujours clean, belle longueur en bouche... Bon, vous l'aurez compris, ce Liu Bao Cha m'a beaucoup, beaucoup plu.

5 commentaires:

edp a dit…

A celui-ci, je n'ai vraiment pas accroché.

Tu écris " La plupart du temps le Liu Bao Cha se vend sous forme de vrac", mais là je n'en suis vraiment pas sûr. Je n'ai pas fait d'étude poussée de la question dans le Guangxi, région productrice, mais j'en ai vu beaucoup en petite galette (comme celle de la M3T ou que l'on pouvait voir sur le blog chauthe), j'en ai vu aussi en brique (d'environ 250g) ; et d'ailleurs le fameux 1958 est un faux vrac, il venait d'une grosse brique. Et dans la boutique où j'en ai finalement acheté, si je n'ai goûté que les vracs, il avait aussi des briques.

Olivier a dit…

Petit bonjour... de France :)

Concernant la "forme" du Liu Bao. Traditionnellement il est compressé dans de gros panier tressés, généralement de 20 à 25kg à l'intérieur duquel il y'a généralement de grosses "couches" (circulaires) compressées, de plusieurs kg chacune. Le vendeur extrayait traditionnellement de ce panier des quantité de l'ordre du kg qu'il vendait dans des paniers plus petit (mais toujours par kg), et donc en vrac (ou en pépites plus ou moins grandes).

C'est encore sous ces deux formes (très grosses pièces compressées ou vrac) que se trouve les Liu Bao anciens. Après on trouve depuis un certain nombre d'années des Liu Bao sous un tas de forme, galettes, briques, etc, pour l'adapter au marché et à la demande (ds le mme genre d'idée on trouve aussi des galettes de thé blanc, ou Yue Guang Bai...)

L'eudes a dit…

Je n'ai jamais gouter les liu bao, mais les différents article que je vois a leur sujet me donne très envie.

Une liqueur certes magnifique.

Sébastien a dit…

Merci pour les précisions sur la "forme" des Liu Bao Cha. J'en ai souvent vu en photo sous la forme de (très) gros paniers, mais jamais en galette.
Y'a pas à dire, le Liu Bao, quand il est bon, rivalise avec les très bons pu erh fermentés.
Apparemment celui de Thés de Chine est très bon et très bon marché (j'en ai un échantillon que je devrais tester rapidement). L'eudes, si tu veux goûter un bon LBC pas cher, c'est peut-être une boutique à visiter.

edp a dit…

Le LBC est un achat moins risqué que le pu er shu.

Des LBC vraiment dégueux, je n'en n'ai presque pas connu tandis que chez le pu er shu c'est franchement courant.

En revanche, et j'en ai testé un certain nombre, des LBC qui arrivent au niveau du tuo 7, ou même du tuo 3 de la M3T, je n'en connais pas non plus. Le très haut de gamme du pu er shu me semble quand même au dessus. Je pense aussi que le tuo 14 rivalise avec les meilleurs LBC.

Après ça dépend de ce que l'on cherche ; les notes des LB sont tout de même un peu différentes, on est plus sur la racine, enfin c'est ce que je ressens.

Celui de thés de Chine est en effet un must à moins de 10€ les 100g (un bail que je ne l'ai pas testé celui-ci).

La galette, tu en verras une sur le blog chauthe.