29 août 2010

Bai Ye Dan Cong

Nouvel essai avec les wulong torréfiés, cette fois avec le Bai Ye Dan Cong 2 de la M3T. C'est un échantillon de 4g que je vais infuser en zhong en suivant scrupuleusement les instructions de la personne qui me l'a envoyé.

Les feuilles, finement torsadées, vont du marron au violet en passant par des nuances de pourpre, et une fois placées dans le zhong préchauffé au maximum, les parfums qu'elles exhalent sont très riches : du fruit, du fruit cuit, voire même de la confiture, et bien sûr une base torréfiée mais qui se place en-dessous de la composante fruitée.


Première infusion : 15 secondes. Dans le couvercle du zhong, c'est assez complexe, riche et fruité. Je retrouve bien ici la même base que les pour mes essais précédents avec cette "famille" de thés : DHP, Wuyi...
La liqueur, orange pâle, donne du fruit très prononcé ; avoir ce goût de fruit dans la bouche sans aucun sucre associé me laisse assez perplexe. La torréfaction est très perceptible mais pas non plus trop envahissante. Pas d'amertume, pas d'astringence, un arrière-goût puissant et une bonne longueur en bouche. C'est assurément un thé de grande qualité mais je n'accroche pas.

Les infusions 2, 3, 4 (15, 30 et 40 secondes) accentuent encore le côté fruité. Des fruits confits, et des agrumes aussi semble-t-il, avec une torréfaction toujours omniprésente. Au fil des infusions, une petite amertume et une légère acidité apparaissent. La liqueur est assez plaisante en bouche mais définitivement je n'accroche pas plus que ça...

Je me suis tout de même acharné encore une bonne heure sur ce thé, mais cela ne m'a pas du tout encouragé à réviser mon jugement.


Après de multiples essais pour le moins infructueux, il m'apparaît évident que les wulong torréfiés ne sont pas faits pour moi. Question de goût sans doute, il n'y a pas grand chose qui me convainc dans ces thés. Que ce soit un DHP douteux ou un DC prestigieux, je n'ai aucun feeling avec cette famille de thés et je n'éprouve aucun plaisir à les boire.

C'était sans doute le dernier avant un assez long moment.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

"ce coup ci c'est un thé de rocher"

le bai ye est un dan cong, pas un thé de rocher... il n'est pas spécialement torréfié.

Sébastien a dit…

Merci Anonyme, c'est corrigé.
Effectivement, il n'est pas super-torréfié, mais ce n'est pas non plus un wulong frais (vert, quoi).

edp a dit…

C'est marrant ton parallèle ; pour l'instant je n'accroche pas du tout aux thés de rocher, malgré l'essai de plusieurs fournisseurs, en revanche les Dan Cong cela me plaît bien.

Sébastien a dit…

J'avoue n'avoir pas complètement saisi la nuance... tant au niveau des goûts que des appellations.
J'ai un peu mis tout ça dans le même sac, que j'ai labellisé wulongs torréfiés. C'est certainement impropre, mais là je m'y retrouve :)

Le Da Hong Pao c'est bien un rocher ? D'après ce que j'ai pu goûter, le DHP et les DC ont quand même un sérieux air de famille...

lionel a dit…

Ce Bayé Dan Cong comme son nom l'indique appartient à la famille des Dan Congs (pied unique en chinois, la récolte de chaque arbre est individualisée), alors que le Da Hong Pao est un rocher ou Wuyi Yan Cha. Je connais pas très bien chacun de ces thés, même si je les ai goûtés tous 2, mais selon moi ils sont assez différents...Le registre de notes (parfums saveurs) n'est pas le même chez ces 2 familles de thés...

Nicolas a dit…

Les Dan Cong sont une famille différente de thé. Il proviennent de la région du Guang Dong. En général ils sont moins torréfiés que les rochers. Comme le dit Lionel la récolte de chaque arbre est individualisé.

D'un point de vue infusion ils sont plus difficiles à réussir, l'amertume guette facilement le néophyte.

C'est une famille intéressante pour la diversité gustative (fleur/fruit), mais après avoir essayé, je laisse la boite sur l'étagère...

Explication? Aucune!

Thomas du Jardin de thé et Raphael de Blackteapot en parleraient bien mieux que moi.

Un jour je reviendrais au Dan Cong, surement. Un jour peut-être.

Nicolas a dit…

Pour finaliser mon commentaire, découvrir et apprécier les Dan Cong nécessite un passage par les senteurs qui se dégagent du couvercle du zhong.

Sébastien a dit…

@Nicolas : J'ai reniflé tout ce que j'ai pu dans le couvercle de mon zhong, mais ... bof quoi.
Je vais pour l'instant laisser ces thés sur l'étagère... du magasin.