19 mai 2011

70's Liu Bao Cha


J'ai reçu il y a peu de temps un Liu Bao Cha des années 1970, dans une belle petite jarre en terre de Yixing.

Ayant beaucoup aimé le seul Liu Bao Cha que j'ai eu l'occasion de tester, celui de la M3T (1958, épuisé), j'ai succombé assez facilement au désir de me procurer un autre thé de cette famille un peu à part. J'espère que celui-ci saura me procurer autant de satisfactions que le premier.


Visuellement, il s'agit de petites feuilles de couleur sombre, qui pour la plupart se présentent comme un thé en vrac. La jarre contient cependant aussi des petits "blocs" de feuille, mais peu compacts. Ces feuilles sèches n'ont pas une odeur très puissante, mais en collant le nez dessus et en expirant doucement de l'air chaud dessus, de très beaux parfums commencent à s'exprimer. Sans surprise, je retrouve des odeurs de vieux bois, très douces et enveloppantes.


Dans le zhong préchauffé, les feuilles commencent à livrer leur secret. Un secret vieux de 40 ans, mais qui va pleinement se dévoiler après deux rinçages rapides et une première infusion de quelques secondes (une bonne vingtaine).


La liqueur, rouge / ambrée, magnifique, tient toutes les promesses formulées par les feuilles sèches. C'est velouté, tout en rondeur, riche et apaisant. La liqueur, bien qu'ayant un peu moins de relief qu'un très bon shu cha, n'a rien à envier à la plupart des pu erh fermentés. C'est gourmand, ça se boit tout seul. L'ensemble est supporté par un socle de parfums "vieillis" qu'une qualité et d'une pureté irréprochables. Le final est un peu faible, mais il ne s'agissait que de la première infusion :)

Deuxième tour (1') : la même, avec davantage de présence en bouche et un peu plus d'ampleur. A noter cependant une très légère saveur off en fin de bouche, in-identifiable. A part ça, c'est parfait !


Trois (2') : la liqueur fonce encore, la saveur off a disparu, rien à redire, c'est tout simplement délicieux. D'après mes souvenirs, ce Liu Bao Cha m'apparaît moins "sucré" que celui de la M3T. La comparaison s'arrêtera là, celui-ci m'enchante en tous points.

Pour la suite, j'ai poursuivi sans prendre de notes. J'ai augmenté les temps d'infusion et la séance s'est finie tout en douceur.

Heureusement que je viens de recevoir un certain nombre de nouveaux thés à découvrir, sinon il m'aurait été difficile de ne pas épuiser rapidement les 50g de ce Liu Bao Cha. Je pense le laisser tranquille, à l'abri dans sa petite jarre jusqu'à l'automne, saison qui lui conviendra mieux d'après moi.

2 commentaires:

Philippe de Bordeaux a dit…

Article alléchant pour ce vieux thé 1958.

Est-ce par Olivier que tu as obtenu cette bien belle jarre et les 50 grammes?
C'est tentant!
Je n'en ai jamais gouté.Pour faire rapide on peut dire que c'est du Shou par la liqueur,son moelleux et quelques parfums comme les meilleurs vieux Sheng?Ou tout autre chose?

Merci.

. PHILIPPE .

Sébastien a dit…

Ah non celui ci est des années 70.
Oui, c'est Olivier (encore une fois) qui a déniché ce thé en Malaisie.
On peut dire que ça ressemble à un bon shu cha, avec de bons parfums de vieux sheng mais sans la vertébrale verte qui caractérise les meilleurs d'entre eux. Pour compenser ce LBC apporte de la rondeur, du sucre, de la sérénité.