4 juin 2010

Gao Shan Hung Shui

Ce Hung Shui de Shan Lin Shi du printemps 2010 est sensé me "réconcilier" avec les wulongs torréfiés.

Je n'ai jamais vraiment accroché avec les wulongs aux notes torréfiées omniprésentes qui dissimulent tout autre arôme. J'espère que celui-ci, en provenance de Taïwan via Stéphane, va me faire changer d'avis.



Infos glanées sur le site Teamasters, ce Hung Shui wulong de haute montagne de Shan Lin Shi (1550 m) est issu du cultivar Luanze Oolong, et a été cueilli à la main le 20 avril 2010. Stéphane considère qu'il a une torréfaction "optimale" : ni trop, ni trop peu.



Les feuilles, qui méritent tout à fait leur appellation "bleu-vert", exhalent des notes très fraiches et végétales, des notes de thé vert. La torréfaction est également bien présente. Cependant, dans le zhong préalablement chauffé, la torréfaction prend très largement le dessus.

Infusons.



Le thé s'avère très moelleux, agréable en bouche, mais j'ai toujours et encore cette impression que les arômes de torréfaction sont trop importants. Omniprésents, ils cachent la fraîcheur du thé que j'entraperçois avec peine.



Certes, la torréfaction de ce Hung Shui est plus délicate que celle des thés que j'ai pu tester auparavant, mais pour moi (ou pour mon palais), elle est trop poussée. Je ne parviens pas à réellement apprécier cette note, définitivement trop présente.

Je vois trois explications à ce nouvel "échec" dans les thés torréfiés :
- je n'aime pas les thés torréfiés,
- je ne suis pas capable d'en discerner les qualités et subtilités,
- je les prépare très mal et mes infusions ne font ressortir que la torréfaction.

Dans les deux premiers cas, ce n'est pas grave : il y a tellement d'autres types de thé qui me plaisent que faire l'impasse sur les torréfiés ne m'empêchera pas de dormir.

Dans le troisième cas, j'attendrai de boire un bon torréfié préparé par un expert pour avoir une révélation et changer mon fusil d'épaule !



17 commentaires:

Arno a dit…

Comment l'infuses-tu ? Quelle dose ? Quels temps ?

Sébastien a dit…

je mets suffisamment de feuilles pour juste couvrir le fond du zhong.
je préchauffe le zhong, puis j'infuse avec de l'eau très chaude (pas de thermomètre donc je porte l'eau à ébullition et j'attends ensuite une ou deux minutes).
j'ai infusé un peu au feeling, du style 1 minutes, puis 2 puis 3 puis 4.

Arno a dit…

Peut-être est-ce trop pour ton palais, tu pourrais essayer un rinçage rapide pour commencer à ouvrir les feuilles, puis des temps comme 30s, 20s, 40s, 1min, etc...

(la deuxième moins longue, car souvent celle qui donne le plus)

Sébastien a dit…

je referai un essai en suivant ton conseil.
mais je pensais que justement des infusions + longue permettaient de faire ressortir d'autres arômes, plus longs à s'exprimer, que ceux de la torréfaction, immédiats.

Arno a dit…

En effet, mais en infusant longtemps, tu les fais aussi sortir tous.
Ce Hung Shui Gao Shan de Stéphane est pourtant bien équilibré, je trouve. Je le referai la semaine prochaine avec différents temps pour voir. Mais d'habitude je commence à 40s. Par contre je met 5g minimum dans mon zhong de 12cl.

Tu peux aussi allonger de 10s ton rinçage, en espérant que les notes de torréfaction s'estompent un peu.

Sébastien a dit…

Je ne fais généralement pas de rinçage pour les wulong. Et à la quatrième infusion, les notes de torréfaction étaient bel et bien toujours là !
Tu découvres quoi toi, comme arômes dans ce thé, en dessous des notes torréfiées ?

Arno a dit…

Miel + fruits, de souvenir.
Pour des notes plus précises, il faut que je regoûte ...

Sébastien a dit…

bon, il faut absolument que je refasse des essais... en tout cas merci pour ton aide !

Arno a dit…

Dès que je peux, je l'essaye avec tes temps d'infusion, et je te redis ça.

Stephane a dit…

D'après moi, il y a un peu de tout. Pour apprécier un Oolong torréfié, je te conseille aussi de te mettre dans des conditions propices: quand tu te sens froid, lors d'une journée fraiche durant laquelle tu cherches de la chaleur.

Pour l'infusion, pour ce thé, je te conseille de le boire léger, avec peu de feuilles, et des temps d'infusion qui correspondent à ce que tu cherches. Tu peux effectivement jouer à varier le temps d'infusion. Mais, je te conseille d'utiliser de l'eau juste bouillie et de verser très doucement sur les feuilles, car la torréfaction est encore récente.
La note de torréfaction est plus présente les premières infusions et devrait s'estomper dans les dernières.

Sinon, tu peux aussi attendre l'automne ou l'hiver pour boire ce thé. Il a l'avantage de mieux se conserver que les Oolongs plus 'verts'.

Sébastien a dit…

Merci Stéphane pour ces conseils que je mettrai en application la prochaine fois.
Effectivement j'ai goûté ce wulong lors d'une journée très chaude, ce n'était peut-être pas le bon moment.
A bientôt !

lionel a dit…

Salut Sébastien,
1/ je constate que tu relates plusieurs échecs dans tes dégustations : c'est assez inhabituel sur les blogs, qui relatent souvent les coups de coeur. Ceci étant, c'est aussi intéressant et instructif...
2/ personnellement je n'ai pas non plus accroché au Hung Shui automne 09 de Stéphane (ce n'etait pas le Gao Shan - Haute Montagne que tu as). Pas compris le mélange entre fraîcheur et torréfaction...Mais je constate que beaucoup l'apprécient...
(PS: je constate que la vérification des mots pour valider mon commentaire sur blogspot est : allishn : presque ali shan !)

Philippe a dit…

Je ne connaissais pas ton blog, je le trouve sympa, je me suis permis de le citer dans mes liens favoris.

Cordialement,
Philippe

Nicolas a dit…

Bien vu Philippe, j'ai eu la même idée presque au même moment.

Je te mets aussi dans mes liens

Sébastien a dit…

@Nicolas, Philippe: merci pour votre visite et pour le lien, bon thé et à bientôt !

David a dit…

À l'occasion, je te conseille d'essayer d'infuser ce genre de thé dans une théière en glaise plus poreuse, type zisha. J'ai remarqué que cela gommait pas mal l'aspect torréfié de certains thés, en tout cas c'est le cas chez moi pour les wuyi yancha ou d'autres oolong vraiment carbonisés.

++

Sébastien a dit…

Celui-ci est vraiment loin d'être carbonisé, la torréfaction est assez légère comparé à d'autres wulong.
Zisha, pourquoi pas, je ne suis pas très achalandé en théières, mais effectivement ça peut être une piste... pour plus tard !