19 juil. 2012

Iga-yaki


Hier soir j'étais parti pour déguster un maocha de MangFei de l'année dernière, un qui ressemble très fortement à celui-ci, mais ce n'est pas tout à fait le même (nuances dans la cueillette, peut-être pas tout à fait le même jardin...). Il fait partie des nombreux puerh non compressés que j'ai reçu dernièrement, et je savais d'avance qu'il allait me plaire.


J'ai donc sorti ce puerh et ma tasse Iga-yaki que j'ai subitement eu envie de photographier. C'est une tasse de Shuhei Fujioka, l'un des rares potiers officiant à Iga, ville du centre du Japon qui possède des fours depuis la fin du XVIème siècle.


Je n'ai pas réussi à trouver beaucoup d'informations sur ce style de poterie... Les caractéristiques des céramiques Iga sont l'absence d'émaillage, cette couleur rousse et une vitrification naturelle qui se produit à haute température et qui donne cette couleur verte.


Ajoutez à cela une forme tellement travaillée qu'elle paraît absolument naturelle et vous obtenez une tasse qui semble sortie tout droit des entrailles de la Terre par l'entremise d'un volcan en éruption, ou qui vient tout juste d'être repêchée dans l'océan au fond duquel elle a séjourné des centaines d'années.


Evidemment ces quelques photos ne rendent absolument pas justice à cette pièce. L'idéal serait de disposer d'un mini studio avec un éclairage neutre, homogène, et surtout stable qui permettrait de faire une balance des blancs correcte une fois pour toutes.


Pour moi qui étais plutôt habitué à des toutes petites tasses chinoises style Gong Fu Cha, ou a des petits modèles type "coupes à saké" japonais (guinomi), cette tasse (yunomi) est plutôt intimidante. Faute d'avoir définitivement tranché quant à son affectation (puerh ou sencha), je ne l'ai que rarement utilisée pour le moment, mais cela ne saurait tarder.


En tout cas c'est raté pour ce soir, j'ai passé trop de temps assis par terre à tourner et retourner cette tasse dans tous les sens, et je n'ai plus envie de puerh.


Le maocha réintègre donc sa boîte en carton, et je passe encore quelques minutes à admirer cette pièce à la fois déroutante et sublime, très forte.


Pour la petite histoire, j'opterais finalement pour un wulong, le Mi Xiang de la M3T, infusé dans ma petite théière zisha. Rien à voir avec mon intention initiale, mais les voies du thé sont souvent inpénétrables :)


Ce n'est que partie remise pour le maocha de MangFei "longues feuilles" que vous avez pu apercevoir sur ces quelques photos. Son odeur est toutefois incroyable et il ne perd rien pour attendre !

6 commentaires:

David a dit…

Pour trouver des infos sur le Iga-yaki, il faut aller chercher en anglais.

Un des sites de référence de la céramique japonaise est e-yakimono.net

On y trouve un article sur le style d'Iga et même sur Fujioka Shuhei.

C'est une vraie oeuvre d'art que tu as entre tes mains...

Mars a dit…

Elle semble presque taillée dans le roc !
Magnifique.

Mathieu "Kaieros" Rey a dit…

Absolument étonnant ! On dirait une stalactite creusée et sculptée.

Olivier a dit…

Pas mal en effet ton pet de volcan, c est assez superbe!

(Et fait gaffe si tu fais trop attendre le mang fei... il pourrait vieillir!! ;) )

charlotte billabongk a dit…

Ce yunomi est absolument incroyable. Je ne connaissais pas le style d'Iga. Une belle découverte pour moi.

Les photos sont très réussies. Bravo. C'est vrai que la photo n'est pas une discipline facile!

Tanta Meno a dit…

Une pure merveille, empreinte d'une incroyable force dont on ressent aussi la fragilité. Que d'émotion !
Merci pour ces photos.