24 juil. 2012

Long Jing à la rose

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en ouvrant ce sachet de Long Jing à la rose. Ce Long Jing de Maître Luo n'allait certainement pas être comparable à un thé parfumé à la rose comme celui-ci par exemple, où le parfum de rose est très fort, lourd, omniprésent, et envahissant, occultant tout à fait le goût du thé vert qui ne sert dans ce cas que de prétexte pour asseoir une atmosphère presque oppressante à base de parfum de rose.


Comme vous pouvez le constater, ce thé vert parfumé associe 
quelques rares et minuscules boutons de rose à de très 
belles et classiques feuilles de Long Jing.


Mais d'abord, à quoi ça rime de produire un Long Jing à la rose à partir d'arbres de 200 ans, de véritables arbres à Long Jing, situés dans la zone historique du Long Jing ? Pourquoi PostcardTeas a-t-il fait produire à Maître Luo, le magicien du Long Jing, 2 kilos de ce thé parfumé à la rose ? Faut-il que j'y ajoute du sucre ? Du lait ? Du citron ? Pis quoi encore ?

A vrai dire, si cet échantillon n'avait pas été glissé dans ma commande de Long Jing 'classique', je n'aurais jamais sauté le pas. Mais maintenant que je l'ai entre les mains, autant l'ouvrir :)


Première surprise à l'ouverture du sachet : ça ne sent pas du tout la rose. En tout cas, absolument pas comme je me l'imaginais. Dans le sachet, l'odeur qui prédomine est bel et bien celle du Long Jing, un doux et rond parfum de torréfaction typique de ces délicates petites feuilles vertes chinoises.
Et à côté de ça on retrouve effectivement un petit côté floral relativement discret mais bien présent, extrêmement loin du parfum-cliché à la rose. Pour être honnête je ne suis pas certain que j'aurais identifié cette fleur à l'aveugle dans ce Long Jing.


Première infusion (3 bons grammes de thé, petite théière en porcelaine, eau bouillie et refroidie, 1 minute d'infusion) : j'obtiens une liqueur plutôt pâle, extrêmement translucide et d'un jaune vert assez troublant. Je n'ai pas bu de Long Jing depuis longtemps, mais dans mon souvenir c'était un peu plus coloré. Est-ce que le bouton de rose mêlé aux feuilles de thé peut avoir une influence sur la couleur de la liqueur ?


Peu importe, goûtons.
...
..
.


Alors ? Ça dit quoi un Long Jing de Maître parfumé à la rose ?
Eh bien comme pour les feuilles sèches, ça ressemble d'abord et surtout à un Long Jing 'classique', un très bon Long Jing d'ailleurs : du velouté, une base verte et grillée toute en rondeur, une rétro-olfaction superbe et une tenue en bouche très agréable.


Et, toujours comme dans les feuilles sèches, il y a quelque chose de plus : un petit quelque chose de floral, tout de même davantage flagrant qu'avant infusion, qui rappelle cette fois nettement la rose, mais toujours pas dans la caricature. Oui, il y a dans ce parfum de rose quelque chose de piquant, acidulé, qui m'évoque la citronnelle, et qui n'a absolument rien à voir avec le côté sucré, épais et opulent dans la rose des thés parfumés à la rose que j'ai pu boire par le passé (et j'en ai bu croyez-moi !).


Au final, je dois dire que c'est très bon. C'est étonnamment rafraîchissant, très vif en bouche, et cette note fleurie et acidulée se marie vraiment très bien avec le goût du Long Jing qui reste malgré tout prépondérant dans le rendu global du thé. J'en ai tiré 3 belles infusions, la quatrième était nettement en retrait.

11 commentaires:

Georges Le Gastronome a dit…

Quelle chance!
C'est un Long Jing qui me fait envie depuis longtemps, plus encore que ses Long Jing traditionnels! (c'est la honte je sais mais je crois que la boîte me plait beaucoup, tout autant que l'idée de trouver de jolis boutons de rose dans mon Gaiwan!).
Il a l'air vraiment délicieux et délicat et les feuilles sont magnifiques!
Merci pour cette belle note de dégustation (qui me donne encore plus envie d'y goûter!)
Georges

David a dit…

Je crois que ce sont des roses cultivées également par Master Luo dans son jardin personnel.

Excellente ta petite théière là ! Elle vient d'où ?

Sebastien M a dit…

Eh oui, les roses aussi viennent du célèbre Lac de l'Ouest :)
Belle surprise que ce Long Jing parfumé à la rose, je ne partais pas forcément conquis d'avance, comme quoi...
Ma petite théière est de David Louveau, j'en avait un peu parlé ici.
Bon, je retourne à mon Yumewakaba ^^

David a dit…

Extra ! Si t'en vois une semblable lors de ta prochaine visite, pense à moi ! ;-)

charlotte billabongk a dit…

Ah oui, la théière est vraiment belle et inhabituelle. Le tissu à damier jaune me plait aussi beaucoup. Il donne un vrai " peps" aux photos.

Je crois que j'aurais aussi été un peu sceptique devant un Long Jing fleuri, mais après tout, pourquoi pas. Est-ce que cela va rester anecdotique pour toi, ou vas-tu tenter de te procurer ce thé à nouveau? (un brin de curiosité).

Sebastien M a dit…

Je ne pense pas que je chercherai à me procurer ce thé à l'avenir, mais j'ai encore de quoi le re-goûter deux ou trois fois et donc le temps de changer d'avis. Si je n'avais plus rien à boire en réserve et que j'avais des crédits illimités, il ferait certainement partie d'une prochaine commande à Tim, surtout qu'il est vraiment parfait pour cette période de chaleurs estivales.
Je dois quand même avouer que je préfère les Long Jing 'natures' de Maître Luo. Le premier de 2012 que j'ai déjà goûté 2 fois est superbe :)

Henry Nicolas a dit…

Certes, 20 € les 20 grammes, c'est onéreux pour un thé parfumé ... même s'il ne l'est pas vraiment à la lecture de ton article !

Postcardteas en a aussi fait un à la fleur d'Osmanthus, il ne t'auraient pas donné un échantillon aussi ?

David a dit…

Moi je sens que je vais boire le puerh de Postcard Teas ce été pour me rafraîchir... ;-)

Sebastien M a dit…

Puerh / fine de cognac avec de l'absinthe et plein de trucs bizarres qui font de la fumée, par curiosité je veux bien goûter :)

@Henry : non, effectivement ce Long Jing à la rose n'a absolument rien à voir avec un thé parfumé. Et non, je n'ai pas eu d'échantillon de l'autre Long Jing parfumé.

edp a dit…

Je veux bien croire que ce thé soit intéressant lorsqu'il est bien préparé.

Les mauvaises préparations ajoutent les fleurs et des parfums de synthèse, berk ...


Alors que normalement, le mode de préparation d'un tel thé consiste à mettre les feuilles de thé au contact des fleurs un certain temps, puis à retirer l'essentiel des fleurs (il en reste toujours un peu). Rien de plus. Et du coup cela fait un mélange subtil où le thé reste prédominant mais est mis en exergue par les fleurs.

Je ne doute pas que celui-ci aie été préparé de manière professionnelle, d'où le compte rendu de dégustation

Julien ÉLIE a dit…

Sébastien, je te recommande le Long Jing à la fleur de lys (provenant aussi du jardin de maître Luo). Il est de toute beauté !