10 juil. 2012

Zi Yo Cha


Vous vous souvenez peut-être de la galette "Or violet" de Wang Bing, petit producteur artisanal de la montagne YiWu (préfecture du Xishuangbanna, sud du Yunnan). Eh bien cette galette Zi Yo Cha est la version 2012 de l'Or violet 2009.


Production hyper soignée et entièrement manuelle par la famille Wang, la qualité de la réalisation saute aux yeux dès que la papier d'emballage - artisanal lui aussi - a été retiré : la galette semble avoir été dessinée au compas, pas une brindille ne dépasse. La surface est d'une régularité parfaite, on distingue clairement une belle cueillette faite de grandes feuilles et de tiges. Pas de Nei Fei, pas de Nei Piao.


L'odeur exhalée par la galette est très fine, subtilement épicée, fraîche et végétale, avec un peu de bois sec, et presque une touche de douceur sucrée. Si la galette semble assez compacte et relativement bien compressée en son milieu, il est tout de même possible de prélever quelques grammes de thé sans pour tant réduire les feuilles en miette.


Deux rapides rinçages et une infusion plus tard, on obtient une très belle liqueur, d'une grande pureté et de cette couleur un peu indéfinissable qui semble caractériser les puerh violets. En tout cas il s'agit bel et bien ici d'un puerh, c'est indéniable. Le Zi Juan était à la limite du puerh, ici aucun doute on est en plein dedans.


Sur une infusion un peu plus poussée, mais qui reste équilibrée pour peu que l'on demeure raisonnable, la couleur change et se rapproche davantage des tons auxquels on est habitués pour des jeunes puerh bruts.


Les infusions se suivent et laissent toujours en bouche une bonne sensation de fraîcheur. C'est finement parfumé, pas d'une longueur exceptionnelle mais très agréable à déguster. J'ai beaucoup de mal à détailler les subtiles notes décelables dans ce puerh, mais j'apprécie beaucoup son côté aiguisé et lumineux, purifiant. Beaucoup moins boisé ou "cuir" qu'un puerh brut "classique", je retrouve bien ici ce qui m'avait plus dans l'Or violet de 2009.


Très belle réalisation que cette galette Zi Yo Cha 2012, sans aucun doute plus aboutie et mieux exécutée que la version de 2009 (qualité de matériau et de fabrication irréprochable). Gustativement, il serait difficile de comparer ces 2 crus mais on est à coup sûr dans le même registre, celui du thé violet :)
On aime ou on n'aime pas, mais ce cultivar très intéressant donne un résultat brillant !

4 commentaires:

Olivier a dit…

Bonjour Sebastien,

C est en effet un excellent puerh, et j en suis tres content!

Je me demande par contre pourquoi tu trouves difficile de le comparer au 2009? Trop proches? Trop differents?

Sinon, conttrairement au zi juan, il ne s agit pas vraiment d "un cultivar" violet, mais d un the violet naturel, cad d'une mutation naturelle d un certains nombre d arbres differents poussant a yi wu...

lionel a dit…

Faudra vraiment que je goûte à ces feuilles violettes un jour !
Le rendu visuel du maocha Zi Juan est absolument somptueux !

Sebastien M a dit…

Difficile de comparer 2009 et 2012 car la 2009 a quand même sensiblement évolué en 3 ans.

"Faudra vraiment que je goûte à ces feuilles violettes un jour !"
ça peut s'arranger facilement !

Thé Tea-Cha a dit…

C'est vrai que tes billets donnent envie de découvrir ces Zi Cha. Tes photos sont magnifiques (comme toujours, aurais-je tendance à dire). J'apprécie particulièrement la lumière sur la liqueur de thé, lorsque le thé est versé du pot à la tasse. Tous ses reflets d'or, ces remous dans la tasse... Sublime.
Ségolène