2 mars 2011

Chang Tai Yi-Ban 2002

Deuxième volet de la série "Tea for Two / Tribute to jeancarmet", un échantillon (merci voisin :) d'une galette de pu erh brut 2002 de la firme Chang Tai : Yi-Ban "Wild Arbor".

Dans la théière chaude, les feuilles sèches, relativement petites semble-t-il, laissent une impression de douceur mais une douceur toutefois parfumée et relevée. Difficile à retranscrire, mais le rendu est plutôt inhabituel.


Double rinçage, infusion 1 (10") : dès la première gorgée, je retrouve un peu du ressenti précédent ; beaucoup de rondeur, de douceur. A côté de ça, des parfums majoritairement typés vieux bois, ce qui est assez étonnant pour un pu erh de 2002. Bref, c'est plutôt pas mal mais je déplore tout de même un petit côté "fade". Manque de pêche, de vigueur. Peut-être que cette première infusion était un peu courte...

Infusion 2 (20") : même verdict, bien mais pas exceptionnel. Je vais allonger un peu pour voir.

Infusion 3 (30") : eh ben voilà, ça y est ! De la consistance en bouche, une vraie présence, du peps, tout y est. Ajoutez à cela des arômes plutôt sympas et cette rondeur toujours omniprésente, cela donne quelque chose de vraiment agréable à boire. Ouf.

Infusion 4 (45") : bon, ça se maintient. Je n'ai pas grand chose à ajouter, ça se boit bien, il n'y a pas de réel "défaut" dans ce pu erh mais cependant il ne fera pas partie de ceux qui m'auront vraiment enthousiasmé. Je ne sais pas trop ce qui me gêne dans ce thé... un petit quelque chose dans l'arrière goût, une sensation sur la langue... Quelques petits détails, purement subjectifs et personnels, qui font que je n'accroche pas plus que ça. Il faut tout de même relativiser, c'est loin d'être mauvais.


Infusion 5 (1') : à force d'allonger les durées d'infusion, je commence à avoir une belle petite amertume. C'est quelque chose que j'aime bien retrouver dans les pu erh : pour peu qu'elle ne soit pas trop envahissante, je trouve qu'elle participe à la diffusion des arômes, que ça donne de l'ampleur à la liqueur.
Mis à part ça, RAS.

Infusion 6 (1') : bizarrement, j'ai l'impression que les petites choses qui me gênaient dans ce thé sont en train de s'effacer peu à peu. Plus ça va, plus je le trouve bon. C'est à n'y rien comprendre. En tout cas ce pu erh est très endurant.

Infusion 7 (>1') : c'est officiel, ce thé est très bon. Décidément... Dommage que les premières infusions aient été aussi peu convaincantes. La suite (2',3',5'...) n'apportera rien de plus.

Cette dégustation apporte une nouvelle fois la preuve (si besoin était) que les mystères du pu erh sont impénétrables.


Belle surprise : de superbes feuilles entières dans le fond de ma théière !

1 commentaire:

Julien ÉLIE a dit…

Merci Sébastien pour l'échantillon de ce thé. J'ai passé un agréable moment en sa compagnie.
C'est clairement un pu er mûr et agréable à boire.
Il manque toutefois de pureté (une sensation de floue, de poussière), ce que tu as aussi noté dans ton article.