6 mars 2011

Da Yeh Oolong


Un petit topo rapide sur un thé rouge de la côte Est de Taïwan, le Da Yeh Oolong de Stéphane. Je l'avais vaguement évoqué dans un message précédent, mais je voulais revenir dessus car c'est vraiment un très bon thé rouge. Ce n'est pas la famille de thé vers laquelle va ma préférence, mais celui-ci fait partie de ceux qui me plaisent beaucoup.


Si j'ai bien compris, ce thé a été fabriqué comme un thé rouge (c'est-à-dire complètement oxydé), mais à partir d'un cultivar de wulong. C'est peut-être ce qui explique la forme et la taille de ses feuilles, plutôt inhabituelles pour un thé rouge.


Trois grammes dans une petite théière en verre, trois infusions au jugé (à la couleur). C'est vraiment un thé "gourmand", avec le petit côté malté & céréales grillées des thé rouges "classiques", mais peu d'astringence, peu d'amertume ; il reste velouté, très rond et se boit vraiment tout seul.


3 commentaires:

Nicolas a dit…

Bonjour Sébastien,

Je suis entièrement de ton avis concernant ce thé. J'ajouterais que son côté grillé lui permet sûrement une meilleure conservation.

Amicalement
Nicolas

Julien ÉLIE a dit…

Une très belle découverte que j'ai pu aussi faire grâce à Stéphane. J'aime les saveurs de ce thé. À la frontière du wulong et du thé rouge. J'avais noté "miellé, subtil et fin" pour la version 2008. Usuellement, je m'ennuie avec un thé rouge, monotone — quoique pouvant être bon ! Le côté wulong lui ajoute cette touche de gaîté qui le sublime.
Est-ce le Da Ye 2010 que tu décris ici ?

Sébastien a dit…

Ce qui est étrange avec ce Da Yeh, c'est qu'au premier contact, il a tout d'un thé rouge, avec notamment ce côté "malté/céréales". Puis rapidement, il apporte une touche de fraîcheur presque sucrée qui le dynamise, contrairement à un thé rouge plus classique qui assèche davantage la bouche. Je n'ai ai pas trouvé de miel, à re-tester.

"À la frontière du wulong et du thé rouge"

En revanche, pour moi il est clairement positionné dans les thés rouges, je n'ai pas retrouvé le goût d'un wulong. Ceci dit, je n'en ai pas goûté des masses, de wulong.

Une curiosité fort sympathique et très réussie, ce Da Yeh !