12 mars 2011

Tie Guan Yin d'hiver


Tie Guan Yin "premier grade" d'octobre 2010 - boutique Terre de Chine (un échantillon glissé dans ma commande récente).

Description : Province du Fujian, district d'Anxi. Type de théier : Fuding agé de 3 à 5 ans. Culture située à une altitude de 600 à 800 mètres, la cueillette d'automne est la plus florale, elle est effectuée à la main, et le façonnage à l'air ambiant.
Cueillette d'octobre 2010.
Les feuilles sèches sont roulées, couleur vert bronze, semi fermentées à 15% dit « bleu-vert ». Arômes de fleurs blanches sucrées. Une longueur persistante qui se développe bien dans les infusions suivantes.



"La cueillette d'automne est la plus florale". Dans mon esprit, le Tie Guan Yin (TGY), c'est déjà hyper floral, alors je me demande bien ce que ça va donner ;)

Les feuilles sèches sont vraiment belles. Habituellement (en tout cas pour les quelques TGY que j'ai eu l'occasion de préparer) les feuilles roulées en boules sont vraiment petites, et on voit à l'œil nu que les feuilles sont abimées. Là ce n'est pas le cas, c'est certainement le TGY le plus "beau" que j'aie pu voir jusqu'à ce jour.

L'odeur : bon ben, c'est floral évidemment. Je ne bois pas assez de wulong de ce type pour pouvoir juger de l'odeur de ces feuilles, mais ça sent très bon : c'est fin mais puissant, frais et vert mais parfumé et délicat.

Infusions en théière en verre, accessoire vraiment tout à fait indiqué pour les wulong roulés : le déploiement des feuilles dans l'eau chaude est un spectacle qui vaut le coup d'œil.

Liqueurs sans surprise au niveau du registre : de la fleur, de la fleur et de la fleur. Cependant, des petites subtilités font que ce TGY se démarque un peu des précédents : un côté sucré (j'ai presque trouvé des fruits, notamment de la banane, ce qui était du jamais vu), un parfum vraiment puissant (la théière embaumait toute la pièce), et une excellent qualité générale (tenue en bouche, longueur, résistance aux infusions, pureté...). Bref, certainement un des meilleurs TGY que j'aie eu l'occasion de boire.


De très belles feuilles, en très grande majorité intactes dans ma théière en fin de session. Intacte sauf le pourtour des feuilles un peu déchiqueté typique des TGY. D'ailleurs je ne sais pas d'où ça vient, si quelqu'un a l'explication je suis preneur.

6 commentaires:

Philippe de Bordeaux a dit…

Cher Sébastien,

Quel plaisir de lire : "un parfum vraiment puissant et la théière embaumait toute la pièce".

Je vais en recevoir sous peu et il me tarde vivement de remplir mon gaiwan à ras bord et d'embaumer une pièce et surtout mon palais.
Les Fo Shou sont aussi sublimes pour cela.Ils répandent et propagent des fragrances magnifiques...
J'ai bien aimé : "du floral du floral et du floral"; en effet c'est leur grande caractéristique et ce qui fera d'eux de Grands Thés ou non c'est leur longueur en bouche : soit courte soit longue :les After Taste puissants feront toute la différence.

Et pour répondre en partie à ta question sur le bord comme oxydé ou plutôt fermenté de ces feuilles qui m'ont l'air de grandes qualités et ce que tu en dis le confirme j'ai trouvé dans mes archives ceci ; il y a plein d'informations ici :

http://teaguardian.com/nature_of_tea/oolongs_orientation.html

et là ma traduction: à la prochaine tu nous photographies la théière et le spectacle( et ce n'est pas parce que j'ai la même en plus grosse!(20cl!)


Au plaisir.

. PHILIPPE .


"Quand les feuilles ont été refroidies et triées (généralement après l'heure du dîner dans ces villages ou il fait nuit très tôt), elles doivent être partiellement fermentées.


Le processus se déroule tout au long de la nuit pour une durée comprise entre 7 à 9 heures, dans des tambours rotatifs méthode moderne période pendant laquelle le maître de thé "fait du bruit".

Les feuilles font un ballet dans ces tambours rotatifs, méthode moderne : elles sont battues entre elles brièvement pendant environ 5 minutes à intervalles régulières et d'une heure et demie à deux heures, chaque fois progressivement en augmentant la vigueur du processus.

Ces "cliquetis" des feuilles, et ses bords qui se frottent les uns contre les autres permettent ainsi progressivement de briser les parois des cellules et de déclencher une série de réactions chimiques en chaines des enzymes végétaux et autres constituants (comme les protéines, acides aminés, polyphénols ,les hydrates de carbone, etc )

Le résultat est visuellement évident quand une mince bordure rouge commencent à apparaître sur la feuille.

L'Occident a appelé ce processus d'oxydation " fermentation partielle ".

Les habitants l'appellent "Zao Qing".

Le bruit devient plus rigoureux après chaque intervalle, et le «Qing Pang" (en maintenant les feuilles pour les faire tomber sur l'autre) devient "Qing Yao»;

Cette étape de Qing Zao est essentiel pour que les feuilles atteignent les conditions optimales pour d'autres procédés et ainsi développer les arômes et les saveurs typiques des Thés Oolong.

La cueillette soignée,les conditions pendant le séchage au soleil, la température et l'humidité sont toutes les variables qui auront une répercussion sur la qualité des feuilles.

La mesure et le contrôle du matériel devront être ajustés en conséquence afin de maximiser le résultat de la récolte.

Il faut beaucoup d'expérience pour être en mesure de juger les feuilles dans le processus et d'affiner les travaux ultérieurs effectués sur eux.

David a dit…

Superbe article qui me rappelle bien des souvenirs... Comme je l'ai déjà dit, il s'agit de mon premier vrai thé, de mes premières expériences en zhong et de début de tout.

Depuis j'ai goûté de meilleurs TGY mais il aura fallu bien des essais pour y parvenir.

Je me souviens notamment de la différence incroyable entre le rendu en zhong de ce thé et celui de la théière qui officie à Terre de Chine et qui l'infuse quasiment tous les jours depuis très longtemps. Bien que la théière n'a en rien l'air extraordinaire, elle magnifiait réellement ce thé.

C'est aussi une belle porte d'entrée vers les wulong fleuris. Terre de Chine a aussi un très bon Cui Yu dans un style assez proche.

Sébastien a dit…

Merci Philippe pour toutes ces savantes précisions. Je vais relire tout ça au calme et je ne manquerai pas de m'y référer par la suite.

Content, David, d'avoir réveillé de bons souvenirs. Oui, il y existe sûrement de meilleurs TGY, j'avoue que pour ma part j'ai un peu de mal à départager les thés de cette famille. Moins d'entraînement que pour les pu erh certainement :)

Cui Yu ? Connais pas du tout.

David a dit…

Cui Yu (Jade Vert) est un des 4 principaux cultivars de Taïwan.

Voici un article en anglais qui en parle un peu, ainsi que du Jin Xuan.

Sébastien a dit…

Merci pour le lien, je lirai ça à tête reposée.

Julien ÉLIE a dit…

Magnifique odeur, et très belle présence fleurie en bouche. Infusé par madame Wang en boutique (fin mars).
Un très bon thé. Je comprends qu'il t'ait bien plu !