20 nov. 2010

Galette 39 (2002)

Galette 39 de la M3T, un sheng cha de 2002, "You Le". Un échantillon de 3.5 grammes, merci à mon généreux bienfaiteur habituel ;)

Je ne sais pas à quoi fait référence ce nom de "You Le". Un village ? Une montagne ? Aucune idée.


Feuilles sèches : très agréable odeur de bon pu erh, confirmée lors du rinçage. Toutefois il a un petit quelque chose de "différent" que je ne parviens pas à définir.
Liqueur couleur rouille orangée, texture parfaite.

Une bonne douzaine d'infusions, et un verdict plutôt simple à énoncer : miam.
J'ai beaucoup aimé ce pu erh malgré le fait que je ne lui aie trouvé aucun air de famille avec d'autres thés que j'aurais pu boire précédemment, ni avec les quelques pu erh qui me servent de "référence".


Évidemment j'y retrouve tout ce qui - pour moi - fait le charme d'un bon sheng cha (arômes riches et durables, arrière-goût puissant, nez complexe, amertume délicate mais bien présente...) mais il ne me rappelle rien de ce que j'ai pu boire par le passé. Il a en effet ce petit truc que je n'arrive pas bien définir, qui tiendrait presque du fumé ou de la torréfaction, j'avoue que là je sèche.

Ce "truc" a disparu vers la 5 ou 6ème infusion, pour laisser place à quelque chose de plus "classique" dans le registre pu erh brut, mais d'une très belle facture. Débarrassé de cette petite note qui me laissait perplexe, je retrouve des sensations connues, des effluves familiers. Peut-être un peu dans le style du champignon Xiaguan, en moins vert, plus arrondi.

Pour une fois je n'ai pas cherché à trop disséquer ce thé (d'ailleurs c'est un exercice dans lequel je suis particulièrement médiocre), je me suis contenté de le boire (domaine dans lequel en revanche je me débrouille plutôt bien), ce qui est déjà pas mal. Et il m'a beaucoup plu.

Tout à fait le type de thé dont je ferai mon quotidien sans trop rechigner :)


6 commentaires:

Julien ÉLIE a dit…

Youle est l'une des « six légendaires montagnes du thé » (6FTM en anglais) dans le Xishuangbanna.

J'aime bien cette galette de la M3T. On entre ici dans le goût du sheng sha adolescent ; je présume que c'est cette « saveur » particulière que tu ne parvenais pas à définir. C'est un début de maturité...

Olivier a dit…

Youle Shan est l'ancien nom de Jinuo Shan, qui comme le dis Julien est une des montagnes célèbres du Xishuangbanna...

Beaucoup continuent à utiliser d'anciens noms sur les emballages, notamment parce que ça ferait bien, et donc c'est courant de croiser par exemple Youle pour Jinuo ou Simao pour pu'er... ce qui ne facilite pas la compréhension des choses quand on débute.

Pour ce petit goût "qui tiendrait presque du fumé ou de la torréfaction" je dirais peut être que ça provient du stockage de ce thé? La M3T aime bien les stockages humides, desquels proviennent des arômes bien différents de ce qu'on obtient avec des stockages plus secs....

William a dit…

Bonjour à tous!

You le (攸乐) ce n'est pas du chinois, c'est le nom de la minorité Jinuo dans leur dialecte.

Je trouve aussi que les thés issus de cette région ont un goût assez caractéristique. Peut être est-ce dû à l'environnement, ou à une particularité dans la manufacture...

Olivier a dit…

@William

Sans rentrer dans des considérations qui n'intéresseraient probablement pas grand monde, "You Le" est bien un mon mandarin, notamment utilisé pour désigner une des ethnies minoritaire chinoise avant que cette dernière soit renommée Jinuo, et encore utilisée pour désigner un des deux dialecte parlé par cette minorité.

Après que ce nom soit phonétiquement inspiré du la langue des Jinuo c'est possible mais pas une certitude non plus, certains affirmant clairement que c'est une invention Han, et qui précisément le changement de nom pour Jinuo (qui par contre est clairement un mot chinois phonétiquement calqué sur la langue des Jinuo) s'est fait pour se rapprocher de la langue de cette minorité (comme celà c'est fait avec d'autres minorité)...

Julien ÉLIE a dit…

D'après Christophe sur qui doit, je présume, tirer son information de la M3T :

« Galette 2002 n°39, Youle. Un grand cru. Les thés précédents étaient issus d’un mélange de feuilles de théiers éparses. Cette galette provient de la région des 6 montagnes et la récolte est issue de théiers sauvages centenaires. Il est amusant de noter la touche fumée qui provient non pas d’un séchage particulier mais du feu dans l’habitation de la famille qui a récolté les feuilles. »



Personnellement, j'aime bien cette agréable note fumée ! Et d'une manière plus globale, c'est une excellente galette. Beaux arômes, belles présence et longueur en bouche...

jeancarmet a dit…

Je confirme, l'info venait de la M3T.
Pas goûté depuis longtemps celui là... Je vais m'y replonger... ;)