28 nov. 2010

Galette n°13 (1984)


Le plus vieux sheng cha qu'il m'ait été donné d'infuser, quelques précieuses feuilles de la galette n°13 (1984) de la M3T qui a fait l'objet d'un culte, ou presque.
Aujourd'hui épuisée depuis longtemps, j'ai la chance d'en avoir un échantillon, ce sera sans doute ma première et dernière occasion de déguster cette petite merveille.


Un bref rinçage, et une première infusion de 15 secondes : la liqueur a pris d'emblée cette spectaculaire couleur rouille/rouge/orangée, assez sombre mais très pure qui m'avait déjà enthousiasmé chez le Tuo n°10.
Niveau goût, c'est riche, très riche même. Un vrai baume pour la gorge, une fête pour les papilles et un ravissement pour le nez. C'est vieux, c'est noble, c'est parfait.


Infusions 2 et 3 (10 et 20") : c'est top, rien à redire. Je retrouve un peu du sublime du Tuo10 sans son petit reste de "verdeur". Rétro spectaculaire, longueur en bouche, pfff...


Infusion 4 (25"), j'ai l'impression que la liqueur a encore gagné en force, en précision. Je comprends que cette galette ait eu son petit succès auprès des amateurs de pu erh. Quel dommage d'arriver après la bataille ! Mais quelle chance d'avoir aujourd'hui l'occasion de boire ce pu erh fantastique tout en regardant la neige tomber !


Infusion 5 (30") : finalement il subsiste semble-t-il dans ce vénérable sheng cha un tout petit zeste de verdeur. Mais contrairement au Tuo 10, thé dans lequel cette mise en opposition était un peu perturbante, tout est réellement bien équilibré. Difficile de trouver quelque chose à redire.

Infusion 6, 7 (40" et 50") : toujours la même prestance, c'est franchement bon. La classe. Ça envoie du lourd comme on dit ! Et je poursuis : 1', 1', 1'30, 1'30, 2', 2'30, 3'... ce thé m'a occupé une bonne partie de la journée !

A vrai dire j'ai arrêté de compter et de prendre des notes au bout d'une dizaine d'infusions afin de me consacrer entièrement au thé. Je ne vais pas de nouveau aligner les adjectifs élogieux et les superlatifs, vous aurez compris que c'est définitivement un splendide sheng cha millésimé.

Encore merci à celui qui m'a permis de faire cette dégustation !



4 commentaires:

Philippe de Bordeaux a dit…

Cher Sébastien,

" Un splendide sheng cha millésimé."

Vu la beauté de la liqueur pour un Sheng, je ne doute pas que ce millésime te réchauffe le Cœur en ce temps neigeux :
belles illustrations au passage des flocons et du temps .

Amicalement.

. PHILIPPE .

David a dit…

Y a une erreur de frappe dans le titre ;-)

Sébastien a dit…

euh, non pas dans le titre.
c'est bien la galette 13, de 1984.
en revanche dans l'article j'avais mis 31... merci :)

edp a dit…

Intéressante la comparaison avec le tuo 10. Si le tuo 10 pouvait un jour approcher cette classe ... Quoique, finalement, il n'est pas si mal tel qu'il est.