1 nov. 2010

Xihu Long Jing (M3T)


Un Long Jing de la Maison des Trois Thés, et tenez-vous bien, ce n'est pas un échantillon de Julien !

J'avoue avoir un peu hésité à acheter des thés verts à cette époque de l'année, mais selon le vendeur de la M3T, la réputation de fragilité des thés verts est un peu exagérée : à part les Gyokuro ou autres thés verts japonais fragiles, ainsi que quelques thés chinois un peu plus délicats, les thés comme le Long Jing peuvent tout à fait être conservés plusieurs mois.


Revenons à ce Xihu Long Jing : si je n'ai pas tout mélangé dans les explications qu'on m'a données, Xihu est le nom du lac à côté duquel sont situés les arbres qui ont donné ce thé.
La cueillette est superbe et les feuilles disposées dans le zhong préchauffé dégagent un parfum très riche qui me fait saliver d'avance.


J'ai fait trois infusions d'environ une minute, j'ai obtenu trois fois une liqueur extrêmement riche en arômes. C'est la première fois que la note de châtaigne est aussi distincte dans un Long Jing. Beaucoup de présence en bouche, arrière-goût harmonieux et persistant, liqueur dorée vraiment savoureuse et d'une texture très douce.
L'amertume et l'astringence sont vraiment délicates et portent les arômes dans toute la bouche. Une toute petite acidité relève le tout en finesse, l'ensemble est vraiment plus que réussi.


Je suis bien incapable de détailler les notes subtiles offertes par ce thé (pour aucun autre thé non plus, d'ailleurs), mais le rendu est très fin, équilibré et me ravit au plus haut point. C'est peut-être bien le meilleur Long Jing qu'il m'ait été donné de boire, le plus riche en arômes.

Parmi les "défauts" que j'ai pu reprocher à d'autres Long Jing (trop forte acidité, arômes peu marqués ou trop pauvres, mauvaise endurance...), je n'en retrouve aucun dans celui-ci. Ce n'est sans doute pas le "meilleur Long Jing du monde" (en tout cas je l'espère sinon cela signifie que ma "quête du Long Jing" est finie) mais celui-ci est vraiment délicieux.

J'ai hâte de le goûter à nouveau pour 2 raisons :

- j'ai envie de vraiment prendre le temps d'une dégustation (ce qui m'a manqué aujourd'hui) afin d'utiliser le couple tetsubin / eau de source qui je pense va encore améliorer le rendu de ce thé.

- tenter une quatrième infusion : c'est en vidant le zhong dans la poubelle que j'ai réalisé que la troisième tenait encore franchement la route ! Comme quoi le cliché "thé vert = 3 infusions" a encore de beaux jours devant lui.


Les feuilles, de petites à minuscules comme il se doit, dans une belle gamme de couleurs. Beaucoup moins de feuilles brisées ou de miettes que dans mes précédents Long Jing. J'ai tout de même sélectionné les plus intactes pour la photo.

3 commentaires:

Philippe de Bordeaux a dit…

Beau billet,bien frais.

Un thé qui est de qualité sans nul doute.

Gout de châtaignes que l'on retrouve sur les meilleurs : texture riche comme grasse et fine.

De beaux Long Jing comme celui là ont de l'avenir devant eux.

Au plaisir.

. PHILIPPE .

Sébastien a dit…

Texture un peu grasse oui, pour peu que l'on fasse tourner la liqueur sur la langue, extrêmement agréable et toujours en finesse. Miam.

David a dit…

Les thés verts de la m3t ont la réputation de tenir sur la durée car ils sont en général un peu plus travaillés que les autres (au wok j'imagine) ce qui leur donne des saveurs particulières : châtaigne, poivre, etc, qu'on ne rencontre pas forcément ailleurs.

Par contre, c'est en général au détriment de la fraicheur, ce que recherche souvent les amateurs de thé vert, surtout au printemps.